14 Oct 2017

Témoignage de Vanessa Alaine Kaneza

Témoignage de Vanessa Alaine Kaneza
“Je demande à la Cour pénale internationale de m’aider à demander à Pierre Nkurunziza de me remettre mon mari. Il lui a servi fidèlement, il était son instrument.. S’il lui a trouvé une nouvelle mission, qu’il me dise où il a mis mon mari”.
C’est le cri de détresse de Vanessa Alaine Kaneza, l’épouse d’Aimé Aloys Manirakiza alias “Musaga”, milicien Imbonerakure introuvable depuis son arrestation par un brigadier de la garde présidentielle, Jonas Ndabirinde, le 25 mai 2017 à Kanyosha.
 
Dans un témoignage fait hier soir sur les radio Inzamba et RPA, Vanessa Alaine Kaneza a d’abord confirmé l’appartenance à la milice Imbonerakure et l’implication de son mari dans des crimes graves: arrestations, torture et exécutions des opposants au régime de Pierre Nkurunziza. A cet effet, selon Madame Kaneza, “Musaga” avait reçu un fusil Kalash Ak47, un pistolet, six grenades et une tenue militaire qu’il portait durant ses opérations; une révélation qui confirme l’armement de la milice Imbonerakure. Vanessa Kaneza révèle le lien et la collaboration de “Musaga” avec des éléments des forces de sécurité dont le Major Pascal Minani alias “Mababa”, le Général “Wakenya”, un certain Major Evariste de la garde présidentielle et de manière générale avec le SNR à Bujumbura.
 
Dans son témoignage, Madame Kaneza a ensuite évoqué les circonstances de la disparition forcée de son mari ainsi que la traque dont elle a elle-même fait objet. Selon madame Kaneza, Aimé Aloys Manirakiza a été appelé au téléphone le 25 mai 2017 par son collègue Eddy Uwimana qui venait d’être appelé par un autre milicien Imbonerakure Pascal Minani alias “Mabiya” pour les inviter à une mission spéciale à la barrière communale de Kanyosha . Arrivés au lieu convenu, les deux miliciens “Musaga” et Uwimana ont été arrêtés par le brigadier Jonas Ndabirinde de la garde présidentielle qui les aurait conduits au camp de l’API à Ngagara Q.9. Selon les informations reçues par Madame Kaneza, les deux Imbonerakure auraient été exécutés dans le camp API sur ordre du Général Gervais Ndirakobuca alias “Ndakugarika”. Vanessa Alaine Kaneza a été à son tour traquée par des Imbonerakure et des agents du SNR qui craignaient qu’elle livre des secrets sur les crimes de son mari.
 
En terminant son témoignage, Madame Vanessa Alaine Kaneza demande à la Cour pénale internationale de lancer son enquête sur les crimes graves en cours au Burundi et demande pardon au peuple burundais pour les crimes commis par son mari. Vanessa Alaine Kaneza, dans son pays d’exil, a peur de rencontrer des victimes ou des proches des victimes de son mari.
 
C’est une femme terrorisée qui est entrée en contact avec le FOCODE en juillet 2017, Vanessa ne savait plus à quel saint se vouer. D’un côté, elle était traquée par les services secrets de Nkurunziza et les anciens “amis de son mari” à tel point qu’en moins de deux mois elle avait changé de résidence quatre fois et les familles d’accueil commençaient à avoir peur qu’elle leur cause des ennuis. De l’autre, elle avait peur de rencontrer des personnes originaires de Musaga qui auraient perdu les leurs à cause de son mari “Musaga”. Cette mère de deux enfants en très bas-âge et enceinte n’avait même pas de papiers de voyage… A la mi-août 2017, elle a pu quitter difficilement le Burundi et se trouve depuis en lieu sûr. Un des pays que le milicien “Musaga” a souvent insulté à travers des manifestations à Bujumbura a été celui qui a accueilli et sauvé sa famille en détresse. Ceux que “Musaga” n’aurait pas hésités à torturer et tuer ont été les derniers recours pour sa famille en danger.
 
Le sort d’Aimé Aloys Manirakiza alias “Musaga” devrait servir de leçon à de nombreux miliciens Imbonerakure qui se laissent instrumentaliser dans des crimes innommables. Les membres du CNDD-FDD devraient comprendre que les défenseurs de droits humains ne sont pas des ennemis à vilipender, mais plutôt ceux qui pourront les assister quand leurs droits seront gravement bafoués. Enfin, à mes collègues DDH, j’aimerais dire que la “défense des droits humains a encore plus de sens quand nous sommes appelés à défendre les droits de ceux qui n’auraient pu que nous liquider s’ils en avaient eu l’opportunité…”
 
Je remercie Madame Vanessa Kaneza pour son courage dans ce témoignage.. J’invite beaucoup d’épouses des bourreaux à tirer des leçons et à prendre le courage de déconseiller leurs maris impliqués dans la répression car, à la fin, les conséquences sont malheureusement portées par des veuves et des orphelins. Au moins, pensez à obtenir vos papiers de voyage, le système Nkurunziza risque de vous surprendre un jour…
14 Oct 2017

Lundi noir du 19 Mars 2018 Kr

AKAMO KO KUWA 19/03

Mu gihe abarundi n’amakungu bakuye hasi babwira Petero  Nkurunziza bati teshwa ute hagarika guhindura ibwirizwa Nshingiro ku nguvu n’iterabwoba kubera inyungu z’umuntu umwe naho yoba umukuru w’igihugu, Petero Nkurunziza yaraye ashitse kw’isimbo y,inuma.

Bamwurije ku rwego bita imboneza yamaho. Yasanze iryo zina ryomuduza hejuru y’abarundi bose, akaba ntavuguruzwa; n’umugambwe wahamushize ntube ukimufiseko uburenganzira. Mbega iyo ngingo  ntije kwongereza iterabwoba ku bibaza ko bomukonya ntarenge kundahiro yo kutitoza mu mwaka wa 2020. Ubu ko abaye ntavuguruzwa mu mugambwe wakumiriye iyindi migambwe, kugira  uwo bashize imbere mu matora ntihagira n’uwurota amwababa, ntahejeje kuba ntavuguruzwa mu gihugu? Mwibuke ko ata nahamwe adata imitwe kugira aronke ubushobozi ku barundi bose batakimwizeye. Mwibuke ko akabakaba kwitwa umwami, intumwa y’imana nayandi mazina yibaza ko yomwongera ubushobozi n’ishusho yifuza kwereka abarundi bariko baramutitura.

Mwibukeko higeze abakuru b’ibihugu baborewe n’ubutegetsi kubera amabi bakorera abanyagihugu, inambu idahera yo kwihariza ubutunzi bw’igihugu bigize kinani, umwami w’abami, imboneza yamaho n,ayandi matazirano aha agaciro uwagataye kera mu banyagihugu Kugira ntihagire uwubakakaza bariko batwaza igikenye.Aho twobabwira Adolf Hitler, Iddi Amin Dada, Jean Bedel Bokasa, Habyarimana Juvenal n’abandi biganje bagakakama bwa gisizimwe,bagashirwa bataye abanyagihugu mu kaga.

Abarundi muramaze kwibonerako, mwarasahuwe n’abobakingiye, mugwa mu bukene bushira ubuja, mwaratotejwe, muramburwa abanyu mu bwicanyi bwagahomerabunwa, murapfunzwe icamaso kubera iterabwoba n’amakori, abanyu barapfungwa agasakisaki amategeko ahonyanzwe, abarokotse barangazwa, ubu ko Petero nkurunziza abaye imboneza yamaho, hari ikindi cizere co gutabaruka mutimenye ? 

Barundi barundikazi, akataretse kaba gasema. Umutegetsi, amaze kugara arasita uwariwe wese gushika aho abanyagihugu bagwa musi y’ikirenge ciwe.abatarabibona, barindire, ejo aho bukera ntamahungiro. Aho muri hose mufatane munda, muhakane iri terabwoba rigamije kwigizayo uwogira ico ahanura mu gihugu. Rwaruka namwe bakenyezi mukoreshwa amabi ku nyungu z’umuntu umwe rudende, tora akenge mwisubize iteka,  igihugu canyu na beneco.

Ako ni akamo k’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano ko kuri uwu wa mbere wa 19 ntwarante 2018 

 

AUDIO

14 Oct 2017

Lundi noir du 26 Mars 2018 FR/KR/AN

 Qu’est ce qu’un bon leader ?  

Un leader,dit l’ancien président tanzanien Julius Nyerere , l’un des modèles du leadership africain, est celui ou celle qui tout d’abord accepte de se remettre continuellement en cause, rectifier là où il a failli, se rééduquer pour mieux servir, qui prend soin de sa communauté et dont la communauté prend soin. 

Se remettre en cause : une qualité , un état d’esprit dont nous avons tous besoin. Se remettre en cause n’est pas une faiblesse, mais plutôt une force intérieure, un signe d’humilité et de grandeur qui permet de garder à l’esprit que ses choix affectent toujours positivement ou négativement les autres.

Nous, MFFPS, relayons aujourd’hui la voix inaudible  de ces milliers de burundais, qui aspirent à une classe politique composée de leaders qui comprennent la portée de leur mandat, visent  le meilleur pour la nation et son peuple, qui savent se remettre en question, passer le relais à la fin du mandat, consulter toutes les composantes de la société sans exclusion.

En ce lundi noir, jour dédié à la mémoire des victimes tombées sur le champ d’honneur, nous envoyons un  appel vibrant à toute femme et tout  homme politique, leader autoproclamé ou élu, pour observer une minute de silence en la mémoire de chaque vie humaine perdue ou traumatisée. Souvenez vous de votre serment, faites passer l’intérêt superieur de la nation avant le vôtre, c’est ça  la noblesse de votre sacrifice. Soyez à la hauteur des attentes de ce citoyen lamda tel que Simon Bizimana, mort pour avoir remis en question le choix d’un autre. Soyons plus grands, plus forts au  nom de tous les Simon BIZIMANA, de toutes les Claudette, de tous les komezamahoro.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi

 AUDIO FR

 

 

 

Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ Umubabaro wo ku wa  26 Ntwarante 2018 .

Mbega Umurongozi mwiza arangwa n’ iki ?

Uwo Afrika yabuze itanse, Nyakwigendera  Umuhisi Julius Nyerere, we karorero k’ abarongozi beza muri Afrika  niwe yari yagize ati: Umurongozi mwiza n’ uwo mukenyezi canke umushingantahe yemera kwama abaza umutimanama wiwe, akigira kandi akagororera aho yatiriganye kugira arushirize gukora neza, yitwararika abo ajejwe nabo bakamubabara.

Kwama uhanuza umutimanama no kwirimbura n’ impano, ingabirarano twese dukeneye . Si intege  canke kudashobora, ahubwo n’ inkomezi z’ umutima , uguca bugufi n’ ubwenge  butuma ugumana ku muzirikanyi ko inzira uhitamwo yose nk’ umurongozi ifise ingaruka nziza canke mbi k’ ubo ujejwe.

Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi , tudugije  rya  jwi ritumvikana ry’ ibihumbi vy’Abarundi bipfuza abanyepolitike bagizwe n’ indongozi zategereye ico zijejwe, zipfuza ineza y’ igihugu na bene co, zumviriza zigahanuza, igihe kigeze zigakinjura mw’ iteka n’ itekane.

Kuri uwu wambere wahariwe abaguye ku rugamba rw’ iteka, turateye akamo karenga mwebwe mwese bagabo namwe bakenyezi  b’ abanyepolitike, abatowe n’ abavyiyitiriye, muzokwame mufata akanya k’agacerere mwibuke abo bose basize ubuzima canke bwahohotewe kubera uburongozi bubi.

Muribuka indahiro mwarahiye, mushire inyungu zanyu inyuma y’ iz’ igihugu! Niho ubwiza n’ agaciro ko kwitanga kwanyu bihagaze! Umunyagihugu wese, nka Simon Bizimana yaraye azize kudahitamwo nk’ abategetsi, abazeye ko vyinshi.    

Natwe turi benshi nka ba Simon Bizimana, ba Claudette , ba Komezamahoro .Kugira ntibazobe bapfiriye ubusa, twiyemeje gukomera no guhagarara ahakirurutse kugira twame  tubashinze ijisho.

Ako kari Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi .

AUDIO KR

 

What is a good leader?

A leader, says late iconic Tanzanian President Julius Nyerere, one of the models of African leadership, is one who first * agrees to continually challenge himself, rectify where he has failed, re-educate himself for better service, * who cares for his community and whose community cares.

Putting oneself in question: a quality, a state of mind that we all need. Putting oneself in question is not a weakness, but rather an inner strength, a sign of humility and greatness, which allows one to bear in mind that one’s choices always affect positively or negatively other.

We, MFFPS, relay today the inaudible voice of these thousands of Burundians, who aspire to a political class composed of leaders who understand the scope of their mandate, aim for the best for the nation and its people, who know how to recover question, pass the baton at the end of the term, consult all the components of the society without exclusion.

On this black Monday, a day dedicated to the memory of victims fallen on the field of honor, we send a vibrant call to every woman and every politician, self-proclaimed or elected leader, to observe a minute of silence in the memory of each life lost or traumatized human being. Remember your oath, pass the higher interest of the nation before yours, that’s the nobility of your sacrifice. Be up to the expectations of this citizen lamda such as Simon Bizimana, who died for giving in question the choice of another. Let’s be bigger, stronger in the name of all Simon BIZIMANA, all Claudette, all Komezamahoro.

This is a message from the Women and Girls Mouvement for Peace and Security in Burundi 

 

09 Apr 2017

lundi Noir 22 Janvier 2018 English

Message from the Women and Girls Movement for Peace and Security in Burundi for this Monday, 22 January 2018

This is not the first time Nkurunzinza tries to amend the Constitution in order to remain in power uninterrupted and eventually leave it as a legacy to his Offspring! He first failed in 2014 thanks to the courage of Honorable Members of the National Assembly, encouraged by the patriotic vigilance of brave men and women human rights defenders, who stood for the nation and its foundation. He is now changing tactics and proposes a Constitution revision by Referendum, hoping to win by terror on the voters and rigging of results.

For his own purposes, Nkurunziza has always used many devices. Knowing that Barundi are strong believers, he slowly and methodically made us believe that his divine power was revealed while he was still in the bush. Since then, he multiplied prayer retreats and crusades, revelations and prophecies, in such a way that any natural phenomenon as a rainbow in horizon, a heavy rain or hail was interpreted as a sign from heaven to confirm his divine anointing to rule.

Is he hoping we are all bewitched, blind and senseless not to detect his Machiavellian plans?

No, a Man with divine anointing to rule will be recognized to his fruits! Pierre Nkurunziza rules by violence, unfairness and violation of the laws and his fruits are death, torture, prison, exile, undue taxes, reminding of the colonial era that we thought had ended.

Brothers and sisters, Barundi, Barundikazi, let us not be fooled! God has not anointed Nkurunziza to arise above the law. Burundi is in need of a leader who shows love and dedication to its social cohesion and economic reconstruction, who is not after personal wealth through public goods embezzlement and who puts the interests of the people before his own.

Our leader must uplift the law and abide by it, putting forward Duty, Honor and Ubuntu before the thirst of power and wealth!

Let us rise up together, Barundi, Barundikazi and refuse with all our strength this plan of Nkurunziza to reduce and maintain us into slavery. Let us defend our Constitution, the ultimate and a powerful shield of the country and its people!

This is a message of the Women and Girls Movement for Peace and Security in Burundi.

 
 

10 Dec 2016

Message de mobilisation pour la paix du 1er décembre 2016

Samedi 26 Novembre 2016 , des manifestations étaient organisées dans tout le pays  contre la venue de trois enquêteurs du Conseil des droits de l’homme au Burundi  et contre la Belgique qui vient d’abriter une rencontre avec les organisations de la société civile burundaise.

A Bujumbura, le maire de la ville avait précisé dans sa lettre de convocation que la présence de tous est obligatoire. Oui, les citadins ont répondu par milliers, scandant des champs de bataille et de guerre  avec des fusils d’entrainements. Si symboliques soient- ils, ce qui est important est le message qu’ils ont voulu transmettre.

Ailleurs , à Rumonge , le chef de file n’était personne d’autre que le secrétaire général du parti CNDD – FDD  qui s’est donné  à cœur ouvert à accuser la Belgique comme étant la source de tous les mots , de toutes les divisions dont  souffre le Burundi , d’avoir conçu le coup d’état de mai 2015 et plus grave , la Belgique serait en train de préparer le génocide au Burundi.

Partout dans le pays, des occasions s’inventent pour mobiliser la population  dans des manifestations aux allures de propagande qui depuis les années du règne du CNDD-FDD sont  organisées de façon permanente.

Des manifestations, tambours  battants qui contrastent  avec la répression des manifestations de Avril -Mai 2015 car le Burundi vit aujourd’hui en doublon – Certains ont le droit de manifester , d’autres non , certains ont le droit de crier , d’autres  non , certains ont le droit de pleurer  même quand ils n’ont  pas souffert , d’autres  n’ont  même pas le droit de faire le deuil quand ils ont perdu les leurs . Certains on le droit de dire n’importe quoi, même des propos qui incitent à la haine et à la violence, d’autres n’ont même pas le droit de les dénoncer, certains ont droit à la justice, pour d’autres, l’impunité est plutôt la règle. Silence, je parle. Ainsi va la vie au Burundi.

Mais ce qui est surtout inquiétant  c’est ce  discours servi à la population : Discours public,  raciste, xénophobe, négationniste, haineux.  Bref nous sommes à l’heure de l’Institutionnalisation de la haine  et de la violence.

Le dernier rapport des Nations Unies parle des crimes contre l’humanité et de menace de génocide et celui de la FIDH de répression aux dynamiques génocidaires.

Avant ces rapports, d’autres ont été produits, notamment celui de la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples. Tous sont unanimes  et pointent du doigt un régime despotique qui se cache derrière la masse populaire.  Le gouvernement du Burundi a toujours la même réaction : haranguées populaires, une manière détournée de faire la propagande et propager le discours de la haine contre des cibles burundais et étrangers. Les boucs émissaires de ce samedi étaient  la Belgique qui soit disant manipule la communauté internationale et la ligue Iteka qui a travaillé avec la FIDH.

Mais que signifie cette  propagande haineuse contre les burundais et certains cibles étrangers qui osent pointer du doigt ce qui ne va pas au Burundi, cette  militarisation de la population, cette  politique de la terreur ?

10 Dec 2016

Message de mobilisation pour la paix du 8 décembre 2016-

Le gouvernement du Burundi vient d’actualiser la liste des burundais recherches par la justice et demande aux pays qui les hebergent de les extrader afin qu’ils repondent aux crimes qui’ils aurauent commis .

Ces personnes recherches sont en grande partie des jouralistes des politiciens st desleaders des organisations de la societe jadis lesplus actives dans le pays , le point communs a ces wanted etant quíls se sont battus pour le respect de la loi en denoncant la candidature de Ppierrea Nkurunziza au 3 eme mamdat a la tete du pays alors que la consitutio e ne le lui permettait pas .

La tentative du coup d’Etat du 13- 14 Mai 2015 a été une très belle opportunité au pouvoir NKURUNZZA car désormais tous les anti troisième mandat s’appellent désormais « putchistes » ou allies associes pour justifier leur poursuite en justice.

Ce n’est pas la première fois que cette liste est établie. La justice burundaise retire ou ajoute qui elle veut, sans aucune explication d’autant plus que les concernes ne l’apprennent que par le biais des réseaux sociaux. Ya t-il eu procès ou pas pour blanchir les uns et condamner les autres.  Comment se sont déroulés ces procès ? Ou sont les preuves ? Autant d’interrogations ?

En plus, pourquoi l’actualisation de cette liste à l’annonce de la visite du facilitateur dans le conflit burundais Benjamin Mkapa au Burundi ? Est-ce un pure coïncidence ? A notre avis non car uajourd’hui le gouvernement du Burundi fait tout pour faire entendre a tout le monde qu’il ne purra jamsis negocier ou dialoguer  avec les persomnnes recherches par la justice . Pourtant nul n’ignore que justement  les negociations se passent  entre les parties en conflit surtout que les personnes recheches sont les seuls a refeleter les pensees des milliers de burundais reduits au silence aujourdhhui

Au moment ou moAMu gihe Leta yama iriko itera akamo ngo abahunze bahunguke , iyo ngendo yo gukumira bamwe ibagiriza ivyaha vy’irememetanya bisa no gushaka gutanga insiguro y’igituma yomoye abo batavuga rumwe na cane cane kwerekana ko idashaka na gato ko bosubira guhonyoza ukuguru mu gihugu cabibarutse .

Barundi barundikazi

Iyo ngendo ntaho izodushikana kuko twese turi abene BURUNDI, ni twemere twicarane kuko ntaho tuzoshirana.

Twagire dutere akamo barundi bose bime amatwi abo bose bashake guca mwo ibice abarundi , bamwe beza babe ba nyagikira , abandi babi  babe ba nyagupha . U wuzokubwira ivyo ukaja narwo , ejo ntuzotangare uruhigi ruhindukiriye i wawe

Akamo ni akamo ko guhimiriza abarundi n’abarundikazi guharanira amahoro n’umutekano.

10 Dec 2016

Message de mobilisation pour la paix du 24 Novembre 2016

La semaine passée était dédiée aux combattants du CNDD – FDD au Burundi. Fidèle à sa politique d’exclusion, le gouvernement du Burundi n’hésite pas à afficher ses plans d’ignorer et éliminer une partie de la population. Sinon, comment expliquer l’organisation de la journée nationale du combattant avec les seuls militants du CNDD- FDD, en ignorant ceux qui jadis appartenaient aux autres groupes armés ou ex FAB (Forces Armées Burundaises ), qui jadis étaient alliés ou adversaires. Etaient-ils moins combattants ?   La journée de Samedi 19 Novembre 2016 marquant la clôture des activités a été particulièrement révélatrice avec le défilé des civils en armes réels et  de fabrication locale sous les applaudissements des autorités officielles et le regard inquiet de la population.  Des scènes et images  qui rappellent celles de 1993 avant le génocide du siècle dans le pays voisin, le Rwanda. Et le monde regardait. Aujourd’hui aussi le monde regarde comment les imbonerakure du Burundi défilent militairement dans tout le pays comme le faisaient les interahamwe avant le génocide du Rwanda. Pourquoi ces entrainements ? que signifient toutes ces parades ? Pas difficile à deviner et à tirer la conclusion,  car l’histoire parle d’elle même.  C’est pour tuer, terroriser toute personne qui ne partage pas l’idéologie du CNDD-FDD. C’est pour les préparer à bien « travailler »,  le jour où le signal sera donné comme prévenait un jour  le Président de l’une des institutions parlementaires au Burundi. C’est pour continuer la salle besogne de faire disparaitre et torturer.  Peut – on encore nier qu’il ya une milice au Burundi ? Alors qu’elle s’exhibe au grand jour ?  Le pouvoir est entrain de promouvoir une culture de la violence dans un pays fragilise par des cycles de conflits politiques a ramifications ethniques.  Dommage que les autorités burundaises n’apprennent pas de l’histoire car les crimes contre l’humanité ne disparaissent jamais, ils sont comme de l’encre indélébile. 24 ans après le génocide du Rwanda, certains des présumés génocidaires et  planificateurs sont en train d’être rapatriés menottes à la main, honteux de faire face aux cameras. Cette violence pourrait  se retourner tôt ou tard contre ses promoteurs.

En attendant un mot à la jeunesse aujourd’hui instrumentalisée.

A l’âge des NTIC Burundi, tout acte , tout  fait et geste que vous posez peut se  savoir en un laps de temps alors que les  personnes qui vous ont mandaté  pour faire du mal aux autres humains, à vos semblables  se la coulent  douce profitant des aisances du pouvoir.

Vous êtes aujourd’hui au service  des personnes privilégiées qui, le moment venu,  profiteront des richesses amassées pour fuir le Burundi au moment où vous serez  poursuivis, jugés et punis par la loi quand la justice viendra.

Les pensées qu’on vous inculque, les paroles de violence que vous prononcez, les actes que vous posez vont devenir des habitudes et déterminer votre caractère qui dessinera votre destin. Souhaiteriez vous êtres collés à jamais l’étiquette de tueurs au risque de faire dire aux autres peuples que nous les burundais sommes  tous violents avec une brutalité vieille d’un autre siècle. Non,  non et non tous les burundais ne sont pas prêts à assumer cette responsabilité et d’aucuns diront « non nous n’appartenons pas au même peuple», qui se confond à un peuple criminel. Il est temps que les jeunes acquis à la cause de la paix se désolidarisent de ceux qui font de la violence leur mot d’ordre car demain, le Burundi aura besoin d’une  génération aux mains propres qui puisse prendre an mains les destinées du pays et prendre des mesures de redressement de leurs frères égarés.

Ceci est un message de mobilisation pour la paix lance par le mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.

10 Dec 2016

Lundi noir 12 Mars 2018 Kr

Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira  Amahoro n’ Umutekano mu Burundiko ko kuri uwu wa mbere wa 12 Ntwarante 2018

 

Uku kwezi kwa gatatu kwose, Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira  Amahoro n’ umutekano mu Burundi washimye gushishikara uhimbaza Umukenyezi, twibuka ingwano twagwanye, intsinzi twatahukanye,aho twananiriwe n’ ivyo tujejwe muziturindiriye. Twashaka twibuke tunakenguruka ubutwari, ukurinda ,kwumira kw’ ibanga kw’ abo bakenyezi bose  bahagaze bakarinda ivyo vyose vyamye bihungabanya umubano, kenshi mbere ubuzima bwabo, ubw’ imiryango yabo, agateka n’ ukwishira no kwizana vyabo bikahasigara. Twibuka abo bose bafashe iyambere bagaharanira ukwikukira k’Igihugu cacu, ikibanza kibereye  umwigeme murwa Se n’ umukenyezi mu rwo yubatse, kw’ abana b’ abigeme na basaza babo bosangira amasomo,k’umukenyezi yokwemererwa uburyo n’uburenganzira bumwe mu kwiteza imbere  no mw’ itunganywa ry’ intwaro y’ igihugu ciwe.

Mukenyezi mwirimizi, wewe uba  mu bisagara, ni mwe mwamye mutunze imiryango kandi nubu mukiriko. Mu bihe vy’ amagume , nimwe mwamye muri ka gasurusuru gasanasana  ikibano. N’ uno munsi muri ibihumbi n’ ibindi mu kibungabunze ubuzima n’ amahoro mu kwihangana ntangere .

Mu yabira y’ aya magume turimwo, mwarahagurutse muhagararira ukubaho kw’abanyagihugu. Twunamiye  abakenyezi baguye kuri urwo rugamba kuko bemera Ubutungane, Ukuri n’ Ukwishira ukizana .

Uno munsi, kuruta mbere ejo hahise, urugamba biguze arirwo rwacu rutegerezwa gushishikara. Nta n’ umwe yemerewwe kurutana abandi, kurindira no kurudindiza, Twese hamwe, duhamagariwe kurwanya no gusenyura inkingi intwaro yica igatoteza ya Bujumbura yegamiye.

Ku rugamba rwo kugwanya urwanko, ubwicanyi,akarenganyo  turondera amahoro arama mu Burundi butubereye, ni muze twese Abarundikazi tugire urunani rw’ intamenwa, kuko tuzi ko ukwitanga kwacu kutazoba  impfagusa.

Ako kar’ Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’Abigeme baharanira  Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

 

 

 

10 Dec 2016

Lundi Noir du 12 Mars 2018 fr

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce lundi 12 mars 2017

 

Pour le MFFPS, le mois de mars reste  le mois pour célébrer la femme, nous  rappeler  de nos combats, de nos grands triomphes, de nos défaites  et nos responsabilités. Nous voulons saluer la bravoure, la résistance, la résilience, l’activisme inégalé de toutes celles qui, contre vents et marrées, se tiennent toujours debout et dignes face aux différentes forces qui menacent leurs communautés et souvent prennent leur vie, leurs familles, leurs droits et  leurs libertés. Nous rendons hommage à toutes ces pionnières qui ont été à l’avant-garde, depuis l’indépendance,  défiant le patriarcat hégémonique et luttant pour la mixité dans les écoles, les droits économiques de base des femmes ainsi que la participation citoyenne et politique paritaire.

 

Femmes  rurales, femmes urbaines, vous êtes et avez toujours été les mères nourricières du Burundi. Lors  des tragiques crises socio politiques, vous avez été le levain de la cohésion sociale de vos communautés.  Vous êtes, aujourd’hui encore, des milliers à préserver la vie et la paix  avec une résilience extraordinaire.

 

Barundikazi, au plus fort de la crise actuelle, vous vous êtes levées pour réclamer l’existence bafouée de tout un peuple. Nous rendons hommage à toutes celles qui en  ont payé le prix ultime pour avoir cru en la justice, en la vérité et  en la liberté.

 

Aujourd’ hui, plus que jamais, leur lutte et la nôtre  doit continuer. Face aux forces du mal et à la machine répressive, il n’y a plus de place pour les réservistes. Toutes, nous devons être de tous les combats, sur  tous les fronts pour assiéger et faire tomber les murailles de la place forte du pouvoir de Bujumbura.

 

Contre la haine, la violence et l’injustice et pour une juste paix et  un Burundi meilleur, nous demeurons une formidable force et  nos actions et nos sacrifices  ne seront jamais vains.

 

 

C’était  un Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi

 

 

08 Aug 2016

Message de Paix à l’occasion de la journée Internationale des Refugiés

Burundais, burundaises

Vous qui êtes refugiés dans les pays voisins et lointains ,

Vous êtes devenus réfugiés , non pas parce que vous l’avez voulu ou souhaité mais parce que notre pays s’est  engouffré dans une crise depuis le mois d’Avril 2015

Vous êtes refugiés parce que soit vous vous êtes levé pour le respect de la constitution et de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi,  soit vos voisins vous ont persécuté ou parce que votre quartier était devenu le chant de bataille. Vous êtes des victimes ou des boucs émissaires d’un système politique qui viole les lois et tue son peuple .

Nous savons qu’en exil , tout est à reconstruire alors qu’on a tout laissé  derrière soi.

Le mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi , qui compte aussi en son sein beaucoup de refugiées , exprime sa solidarité envers vous tous  qui vivez dans des conditions pour le moins souhaitable. Nous vous demandons de rester digne, de respecter les lois et coutumes de vos pays d’accueil  et  rester confiant que le Burundi redeviendra le beau pays que nous rêvons  .

Ceci est message du mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi