09 Avr 2017

lundi Noir 07 Avril 2018 fr

Protection des droits humains et des libertés fondamentales, dialogue inclusif, esprit de l’Accord d’Arusha, justice pour les victimes, mise en place de conditions propices à la reprise de  l’assistance: Voilà les mots clés utilisés à plusieurs reprises dans la Déclaration présidentielle du Conseil de sécurité des Nations Unies lors sur le Burundi, rendue publique ce 05 avril 2018.
Le Conseil emploie des mots forts, des mots qui nous encouragent, des mots qui nous rappelent, Barundi, Barundikazi, que notre cause est légitime, que notre lutte et nos efforts ne sont pas vains, et que quoi qu’il arrive, l’espoir ne doit pas s’éteindre. Le Conseil ne mâche pas ses mots; il dénonce  la lenteur du processus de dialogue inter burundais engagé sous les auspices de la Communauté de l’Afrique de l’Est  et l’immobilisme du Gouvernement burundais à cet égard. Nous saluons cette forte prise de position qui intervient au moment où beaucoup se sentent las et abattus par la perspective du prochain référendum constitutionnel, et par l’élan suicidaire de Bujumbura qui continue de tout emporter à son passage. Par le présent message, le MFFPS voudrait rappeler à tous les acteurs que l’existence bafouée du peuple burundais doit peser, plus que toute autre chose sur l’échiquier de la paix et que le peuple attend encore de leur part une action plus responsable et patriote.  A vous tous qui, de jour et de nuit vous donnez corps et âmes pour que la vie reprenne dans notre pays de  lait et de miel, vous n’êtes pas seuls et votre peine ne sera pas vaine. Turikumwe, Nous sommes ensemble, Votre cause est la nôtre.  Elle est noble, nous y croyons, nous y sommes attachés, nous n’abandonnerons pas. Comme disait  Nelson Mandela, l’icône de la libération contre l’apartheid, «Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse ». Faisons notre part, aussi maigre qu’elle puisse sembler. Il est possible de dépasser les clivages, de se poser en bordures protectrices, de bâtir, non des murs de séparation mais des ponts. Croyons en une destinée meilleure et maintenons contre vents et marrées, la flamme de la lutte et de l’espoir allumée,  pour que quand le soleil se lèvera, il nous trouve debout et dignes.

Ceci est un message du Mouvement des Femmes et des Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi. 

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *