Message du mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi de ce lundi 2 décembre 2019.

En ce moment où le monde entier est en campagne de 16 jours de lutte contre les violences faites aux femmes et filles, le mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité n’est pas en reste.

 Depuis quelques jours, nous interpellons  les uns et les autres pour qu’ils portent une attention particulière sur les violences faites aux femmes et filles dont l’ampleur a dépassé les limites du tolérable, surtout en cette période d’insécurité dans le pays et à cause du peu de leadership adéquat.

Le thème de cette année est « tous unis pour que les violences faites aux femmes et aux filles soient éradiquées définitivement en 2030 »

Au cours de cette campagne, le monde entier a choisi la couleur orange comme un signal lumineux qui met en exergue ces violences afin qu’elles soient prévenues et punies.

En ce jour, le MFFPS dirige ce signal lumineux vers les responsables du ministère de la justice au Burundi.

C’est pour nous une opportunité à ne pas manquer, d’autant plus que la ministre de la justice est une femme et que dans ce ministère se trouvent beaucoup de femmes capables. 

Mesdames, vous qui représentez la justice, nous espérons que vous rendrez justice pour tout le monde, surtout nos filles, nos sœurs, nos mères ainsi que vous mêmes parce qu’une femme est une femme.

Les femmes et les filles sont tuées dans l’horreur sans nom. Au Burundi on n’a jamais vu dans le passé des cas de corps de femmes  retrouvées violées et mutilées dans la rue, dans les champs ou portées disparues. 

Les ménages disloqués par la suite est un fait courant.

D’autres femmes sont violentées physiquement ou verbalement, violées, puis laissées dans la pauvreté et la honte.

Qu’attendez-vous pour prévenir et punir afin que cela soit éradiqué ? Serait-il le manque de loi? Le Burundi a des lois et le code pénal prévoit des  peines appropriées à toute personne ayant violé une jeunes fille ou une femme. De plus le Burundi a ratifié toutes les conventions internationales en la matière, ainsi que celles prévues par la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de L’Afrique de l’Est (CAE).

Nous donnerions comme exemple « La déclaration de Kampala de 2011 » où les Chefs d’Etat des pays de la CIRGL ont décidé de mettre un terme aux violences faites aux femmes et aux filles ( tolérance zéro).

Mesdames qui œuvrez dans le ministère de la justice ainsi que vous toutes qui représentez les autorités de ce ministère, c’est à vous que nous rendons ce vibrant appel. Prenez votre courage à deux mains afin de punir ces violences honteuses, qui déshonorent et privent notre société burundaise de dignité humaine. Utilisez les outils juridiques à votre disposition pour sortir notre société du déshonneur et de la privation qui en découle; ainsi vous aurez aidé à l’élimination ce mal et le pays se souviendra de vous. 

Demain sera trop tard pour commencer à lutter contre ce fléau. Commencez dès aujourd’hui.

Les femmes et les filles que nous sommes soutiendrons toute initiative contribuant à éradiquer ces violences faites aux femmes et filles, car l’application de la loi nous donnera le pays dont nous rêvons, un pays de lait et de miel, ayant la paix et la sécurité pour tous, un pays où tous, dans leurs différences, profiteront du progrès et partageront les richesses du pays sans discrimination.

Ceci est le message du mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité.

 

Akamo k’Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi ko kuri uyo wa mbere wa 2 kigarama 2019.

Muri kino gihe isi yose iri mw’isekeza ry’imisi 16 yahariwe kugwanya amabi akorerwa abakenyezi, Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi ntiwasigaye inyuma.  Tugize imisi dutera akamo aba na bariya, tubibutsa ko boba maso, ko amabi akorerwa abakenyezi n’abigeme yarenze urugero, ivyo bikaba vyunyurwa n’ibihe vy’umutekano muke n’ukubura ubukuru nyabwo !

Icivugo c’uyu mwaka kigira giti «twese hamwe, kugira 2030 amabi akorerwa abakenyezi n’abigeme abe yaranduranywe n’imizi ». Muri rino sekeza, isi yose yahisemwo gukoresha ibara risa n’umucungwe, nk’ikimenyetso c’urumuri kibonesha kigashira kumugaragaro ayo mabi, ngo ahanwe, yongere akingwe.

Uyu musi, Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme Baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi, utumbereje urwo rumuri ku baramutswa ubutungane mu Burundi. Duhiriwe duhishije uwurongoye ubwo bushikiranganji ni umukenyezi, kandi no mu nzego zitandukanye z’ubutungane hariyo abakenyenzi batari bake twibaza ko bashoboye.

Bakenyezi muri muri ico gisata, cane cane aho ingingo zifatirwa, mwame mwibuka urugamba twese abakenyezi twagwanye, n’ubu tukiriko ngo turonke abaduserukira mu nzego, kugira ibibazo bitari bike vy’abakenyezi n’abigeme bitorerwe umuti vuba, harimwo amabi. Mwebwe muserukira  ubutungane, tubitezeko gutunganiriza abarundi bose, na cane cane gukingira abigeme bacu, abavyeyi bacu, n’abenewacu, na mwebwe nyene mwikingire kuko umukenyezi ni umwe !

Abakenyezi n’abigeme baricwa urw’agashinyaguro, ntaho vyari bwakaboneke mu Burundi aho abavyeyi, abigeme batorwa ibiziga, mu mirima, ku mabarabara abandi bakanyuruzwa…, ingo nazo zigasambuka nk’uko tugize imisi tubibona ! Abandi barafatwa kunguvu, abandi bagahohoterwa, abandi bagaturubikwa, abandi kandi benshi bakaboherwa mu bukene butagira izina !

None habuze iki kugira muhane, mukinge ngo ako kabi gatuzwe?

Hoba habuze amategeko? Habe namba! Uburundi burafise amategeko, igitabo mpanavyaha kirategekanya ibihano ruhashe kuri uwo wese bigaragaye ko yagotse k’umwana, yafashe kunguvu umukenyezi canke yamuhohoteye mu buryo ubwaribwo bwose! Bitayeko Uburundi bwaremeje amasezerano atandukanye mpuza makungu be n’ayo mu karere k’ibiyaga binini! Aha twotanga akarorero k’itangazo ryo muri 2011 bise “Déclaration de Kampala”  ry’abakuru b’ibihugu vyo mu karere k’ibiyaga binini, aho abakuru b’ibihugu biyemeje kugira indahiro amabi akorerwa abakenyezi.

Bakenyezi muserukira ubutungane na mwebwe mwese muri muri ico gisata, ni mwebwe uyu musi duteye akamo! Fata iyambere, muhane ivyo vyaha bitey’isoni, bikura iteka n’ubuntu ku barundi n’abarundikazi!  Koresha ububasha muhabwa n’amategeko mukure imiryango mukangaratete, muzoba mutujije ingeso mbi, kandi igihugu kizobibibukirako!

Ejo ni kera, tangura ubunyene!  Abakenyezi n’abigeme tuzoshigikira ingingo zose zizoza zituza amabi akorerwa abigeme n’abakenyezi kuko tuzi ko ishirwa mu ngiro ry’amategeko ari ryo rizodushikana ku gihugu twipfuza, igihugu c’amata n’ubuki, kirangwa n’amahoro n’umutekano kuri bose, aho abarundi bose mu budasa bwabo, baterera mw’iterambere bakanasangira imyimbu ata wandya wangura.

Ako kari akamo k’Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi.