Message du Mouvement des Femmes et des Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce lundi noir 7 Octobre 2019

Cela va faire bientôt cinq ans, le troisième mandat de Pierre Nkurunziza s’achemine vers la fin, les opposants et autres partenaires politiques sont entrain de se positionner, les ambitions des uns et des autres vont se déchaîner. Mais hélas, combien parmi ceux qui se cherchent une place pensent au bien de la population? 

Ont-ils un programme politique pour sortir les Burundais de leur misère et de leur désespoir ?

Nous venons de vivre 5 ans de calvaire, où l’économie du pays a chuté jusqu’au niveau le plus bas qu’a connu l’histoire burundaise, où la justice est devenue l’ombre d’elle même pour ne pas dire inexistante car elle est aujourd’hui l’instrument du pouvoir politique, où la sécurité est synonyme de programme d’élimination d’un à un.

Ce programme tristement appelé “kamwe kamwe” a endeuillé nos familles et notre pays entier. Nous observons toujours un grand nombre des disparitions forcées, qui se clôturent toujours par la mort. Et comme on s’ approche des élections leur nombre va s’accroître davantage.

Dans un climat d’insécurité et d’instabilité totale, on se demande ce que nous réserve l’avenir?

Le MFFPS  lance un cri d’alarme aux filles et femmes burundaises mais aussi à toute la jeunesse burundaise de ne pas se laisser corrompre par des politiciens véreux qui vont essayer de les miroiter des postes et autres rétributions matérielles; pour les pousser à poser des actions criminelles durant les mois de campagne. Ne les écoutez pas. 

Le MFFPS fustige encore une fois le gouvernement qui ferment les yeux sur les actes criminelles, qui  incite la jeunesse à: “Détruire les champs des pauvres paysans, brûler des maisons et des commerces, tuer les opposants” et terroriser tous ceux qui ne sont pas du parti CNDD FDD.

Le MFFPS encourage la jeunesse à adopter un comportement digne des fils et filles du pays, de garder le calme et surtout de refuser d’écouter tous ceux qui les poussent à tuer car c’ est a eux que reviendra la lourde tache de redresser le pays dans son avenir proche et lointain.

Ceci est un message du mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité.

 

Akamo mutewe n’Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi kuri uwu wa mbere 7 Gitugutu 2019.

Imyaka itanu igira irumane , ca kiringo Pétero Nkurunziza yihagira ku nguvu kigira kirangire. abakunzi ba politike batanguye kwikazanura bitegurira amagaburanyama. Ikibabaje muri ivyo vyose , ineza yabanyagihugu , umutekano wabo no gukingirwa k utwabo si vyo biza imbere mu myitwarariko yabo mu gîhe ubutunzi bwigihugu bugeze ahatemba,  abanyagihugu n’abo bari mu mwiheburo udasanzwe

Tugira tumare imyaka  itanu abarundi bikoreye umusaraba  , bararara ari ntibuca, barenganywa bakabura aho bitura kuko ubutungane bwabaye igikoresho ça leta co guhasha abatavuga rumwe nayo gusa. Umutekano wabanyagihugu wacitse umugambi wa kamwe kamwe aho abantu banyuruzwa ku munsi ku munsi , bakagenda amazimayongo canke bagatorwa ari ibiziga. Mu gîhe abarundi bimirije kuja mu matora , umurindi wokunyuruza no kwica abantu wabaye umurengera. Mu gihugu cose hari ubwoba , kazoza ntawubona neza ingene kagiye kugenda.  

Umuhari wabakenyezi nabigeme baharanira amahoro numutekano mu burundi barasubiye gutera akamo cane cane abakenyezi n urwaruka.  Mûri kino gîhe abanyepolike bagiye kubashwara mwo babemerera indege na Tanganyika,  babazanire ifi aho kubigisha kuzirobera . Ntimuhendwe nutwo tuntu babahendesha , twinshi tukaba tuva mûri za ntererano zurutavanako mwatanze.

Rwaruka , irinde abo babatuma gusasika imirima yababanyi , guturira no kubomora amazu yabo , gukubita no kwica abo mutavuga rumwe, kubomora ibiraro ngo uwo mudasangiye umugambwe ntarengane nibindi nkivyo bibatesha agaciro.Ngo so akwanka akuraga ivya munaniye.   Kubita agatima mpembero mukore ibikorwa bizoranga amateka yanyu kuko ejo nimwe muzoba mufise igikorwa gihambaye co gusanura igihugu  n’imitima yasinzikajwe nivyaha ku babikoze no ku babikorewe. 

Ako ni akamo kumuhari wabakenyezi n abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi.