Akamo k’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano ko kuruyu wa mbere igenekerezo rya 9 kigarama 2019

Ejo aho bukera tuzosozera ya minsi 16 y’isekeza ryo kurandurana n’imizi amabi akoregwa abakenyezi n’abigeme kwisi. Umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi urashimiye cane abo bose bahagurutse ngo bagire ico bavuze canke ico bakoze muri urwo rugamba rw’iteka.

Turashimiye cane cane abagabo n’abasore bose babonye ko urwo rugamba atari urw’abakenyezi n’abigeme gusa, ari urwa zina muntu wese.N’urugamba ruhagarariye iteka, ubuntu, ibanga vya kiremwa muntu wese mu buzima bwiwe, bw’umuryango n’igihugu.

Ababikurikiranira hagufi, baravuze ko kwisi, umukenyezi umwe kuri batatu yakorewe ako kabi, imuhira, kunzira, mumuryango, kwishure canke kukazi, n’ahandi…..Mu bihugu bimwe bimwe biri mu ngorane, nkahoUburundi bwacu buri uyu munsi, gukorera amabi  abakenyezi n’abigeme carabaye ikigwanisho co gucinyiza, kubabaza, kumaramaza ababikoregwa n’abo bafise ico bahuriyeko.

Twebwe nk’abarundikazi, turongeye gutera akamo Abarundi n’Abarundikazi bene wacu: iri sekeza turiko turasozera, ntirikabe iry’indwi zibiri gusa, niribe nyabuna ingendo yacu ya minsi yose. Turasavye zina murundi wese ahari yiyemeze kugwanya yivuy’inyuma amabi akoregwa abakenyezi n’abigeme, bisubire bibe umuziro iwacu, abigeme n’abakenyezi basubire batekane, bagarukane icizere c’uko ejo ari heza, bazoshobora kwikora ku ngabirano Imana yabahaye, bakiyubaka bakitez’imbere, bagafadikanya n’abandi kwubaka igihugu, atawubatuje kubera igitsina cabo.

Bapfasoni, bakenyezi, bigeme bene wacu n’amwe bibondovyacu, haguruka twigwanire, dufatane amaboko, ico kibi tugihashe, tube hafi y’ababikorewe, tubibutse ko ubuzima bukibandanya -tubashigikire bajabuke.  Ntitukongere gukingira ikibaba umunyakibi, ntitukamaramare aritwe twatwewe, twubahuke kwiyamiriza inabi kugira nejo n’ejo bundi ntihakagire uwusubira kubona ayo mwabonye kuko tutakoze ico twarinda gukora.

Ako n’akamo k’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi pour ce Lundi 9 Décembre 2019

Demain nous clôturerons la campagne de 16 jours d’activisme pour l’éradication du viol et des violences faits aux femmes et  filles dans le monde. Le Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi saisit cette occasion pour remercier tous ceux qui ont joué un rôle quelconque dans cette campagne pour la dignité.

Nous remercions particulièrement tous ces hommes et ces jeunes garçons qui ont consideré que ce n’était pas un combat reservé aux seules femmes et filles mais de toute personne humaine. C’est un combat pour l’honneur, la dignité et l’humanité « ubuntu » de tout un chacun dans sa vie, sa famille et sa patrie. Ceux qui le suivent de près ont indiqué qu’au moins une(1) femme sur  trois (3) a subi ces horreurs dans sa famille, sur son chemin, à l’école, au travail ou ailleurs.

Dans certains pays en crise comme il en est le cas chez nous au Burundi, le viol et les violences faite aux femmes et aux filles sont devenus une arme  de guerre pour rabaisser et mépriser, torturer et humilier les victimes et les leurs.

Nous Barundikazi, lançons une fois de plus cet appel à nos frères et sœurs Burundais: Que cette campagne que nous clôturons ne fait plus une action de deux semaines uniquement, qu’elles deviennent plutôt notre mode de vie.

Nous demandons à chacun, partout où il se trouve, de s’engager à combattre de toutes ses forces les violences faites aux femmes et  filles, que cela redevienne « interdit ». Chez nous, que nos femmes et filles retrouvent la quiétude et retrouvent l’espoir d’un meilleur avenir, qu’elles soient rassurées qu’elles pourront désormais maximiser leurs dons, pour se bâtir et se développer, rejoindre les autres pour bâtir et se développer, rejoindre les autres pour bâtir leur nation sous que personne ne les arrête à cause de leur sexe.

Chères femmes et filles, nos soeurs et nos enfants, levons-nous et battons-nous pour nous-mêmes, main dans la main, arrêtons ce drame. Approchons-nous des victimes et rappelons-leur que la vie continue et que l’avenir peut -être meilleur -soutenons-les et aidons-leur à passer le cap. Ne couvrons plus les malfaiteurs, n’ayons pas honte alors que c’est nous qui sommes attaquées. Osons dénoncer le mal, pour que plus jamais personne ne subisse ce que vous avez subi parce que nous n’avons pas fait tout notre devoir.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et des filles pour la paix et la sécurité au Burundi