Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ Umubabaro w’ igenekerezo rya mbere Gitugutu 2018.  

Muri izi ndwi zibiri ziheze, Uburundi bwaravuzwe cane mu makuru yo hirya no hino. Nkako, ni muri iyo minsi wa murwi wagenwa gushishikara gutohoza ku mabi ariko akorwa i Burundi washikiriza icegeranyo cawo cashimangiye ivyatohojwe ukaba waranasesanguye kurusha ivyerekeye ihohoterwa rya  kiremwa muntu muvy’ ubutunzi n’ imibano. Uwo murwi uhejeje kongerwa ikindi kiringo c’ umwaka  kugira ushishikare amatohoza.      

Muri ico gihe, abategetsi b’ Uburundi bashishikaye biha amenyo y’ abatwenzi mu guhakana ibigaragara, mu kwagiriza aba na bariya no gukangiriza kuva mu nzego izi na ziriya. Ariko  inzego zitandukanye zaraye zisubiye kwimena amaso mu gutanguranwa ububasha no guhonyanga amategeko mu  gufatira ibihano vy’ ikivunga vyo guhagarika ibikorwa  mu mezi atatu  amashirahamwe mpuzamakungu adaharanira ivyicaro vya politike yakorera i Burundi !Mbega ni nde atazi ko guhagarika ibikorwa vy’ ayo mashirahamwe aya mango ari ukundi kunigira mu menshi umunyagihugu kuko ari yo yonyene yari asigaye amugwanaho   kuva aho ibikorwa vya Leta vyinshi bizingamiye ku kubura za imfashanyo Leta yahora ihabwa na bamwe isigaye yita aba coloni.

Mbega iyo nzu yahiye , iyo neza y’ igihugu ni iyihe yoguzwa ineza y’ ibihumbi  vy’ abakozi b’ ayo mashirahamwe, iterambere ry’ imiryango ibihumbi n’ ibindi yafashwa mu migambi rusangi itandukanye , eka mbere na ya migambi myinshi ya Leta yari igihagaze kubera ayo mashirahamwe ? Tuzoba tubibona !

Barundi Barundikazi, icerekwa n’ ikibona kandi  ikibwirwa n’icumva. Nta n’ uwo tuzobeshera ngo yatubwiye ko  iyo ntwaro itunezwe ! Turibuka wa wundi ati ‘’ ikilo c’ isukari ca nyuma kizosigara i Burundi kizobikirwa Umukuru w’ igihugu » 

Mu gushishikara  ishinyaguriza abashaka kuyunganira ifata n’ ingingo giturumbuka zitisunze ineza yacu,  iyi ntwaro iriko izingira igihugu cacu mu bwicanyi no  mu bukene .Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano washaka gusubira kubakaburira ku ruhara rwa twese mu guhakana ko ubu butegetsi butwica nk’ abana b’ imbeba. Dutegerezwa  kandi turashoboye guhindura no guhindukiza kazoza kacu . 

Ako kari Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce Lundi Noir 1er Octobre 2018.

Le Burundi aura fait l’objet des titres de l’actualité de ces dernières semaines. Le dernier rapport de la Commission d’enquête a confirmé et renforcé le précédent en mettant un accent sur la violation des droits économiques et sociaux. Convaincu de la nécessité de poursuivre les investigations, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies vient de proroger d’une autre année le mandat de la Commission. 

Comme si ses habituelles négations, accusations et autres menaces ne suffisaient pas, l’arrogant régime de Bujumbura vient de porter un autre coup de massue à sa population en décrétant, ex nihilo, la suspension pour 3 mois des activités de toutes les Organisations Non Gouvernementales internationales œuvrant au Burundi. Toute personne de bon sens qui se soucierait en tant soit peu du bien-être de la population aurait su que suspendre les activités des ONG’s en ce moment précis signerait l’asphyxie du citoyen. Il se serait en effet souvenu que ces ONG’s étaient les seules restées aux côtés du citoyen lorsque les appuis directs au budget national par ceux que le Gouvernement a pris l’habitude d’appeler « colons » ont été gelés et laissé ce dernier en faillite, survivant aux dépens du citoyen ! Y avait-il feu en la demeure pour que les institutions se disputent les compétences et ignorent les procédures administratives les plus élémentaires dans le traitement de ce dossier dont le caractère semble si particulier ! Au nom de quel intérêt supérieur sacrifierait-on   des milliers de salariés, des centaines de milliers de bénéficiaires de projets publics, communautaires et privés appuyés par ces ONGEs ! 

Nul n’ignore par ailleurs que Pierre Nkurunziza et ses alliés n’ont jamais mis le peuple au centre de leurs préoccupations. Aurions-nous la mémoire si courte pour ne pas nous souvenir du fameux ‘’ dernier kilo de sucre qui sera réservé au Président » !   

Barundi, Barundikazi, en persistant dans l’audace et l’irresponsabilité de ses décisions, ce régime enferme notre patrie dans le crime, la misère et l’esclavage. Il nous condamne à un sort que nous ne méritons pas ! Le MFFPS voudrait encore une fois en appeler à la responsabilité historique de tous les citoyens du Burundi. Ne nous laissons pas trainer dans la honte et l’ignominie. Elevons tous la voix, refusons ce suicide collectif et cette descente aux enfers où nous entrainent ces dirigeants sans cœur. Défendons notre dignité et donnons à notre destin un autre cours ! Nous nous le devons, nous le devons aux générations actuelles et futures..     

Ceci est un Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi.