Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uw’uwa 11 Ruheshi 2018.

Mu gihe buca duhimbaza umunsi mpuzamakungu wahariwe impunzi itariki 20 z’ukwezi kwa gatandatu , umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi uboneye ho akaryo ko kwibuka impuzi zose z’abarundi zashwiragiye mu bihugu bibanyi n’ivya kure .Muri benshi cane mwahunze ihohoterwa n’iterabwoba vyatse indaro mu gihugu cacu kandi muva mu bisata bitandukanye : mwari abarimyi , abanyeshule , abari mu mashirahamwe aharanira agateka ka zina muntu , abamenyeshamakuru , abajejwe umutekano , abanyapoilitike canke abagwiza tunga . Hejuru y’agahinda ko guta ivyanyu n’abanyu , benshi mubayeho mu bukene ntangere, umwitwarariko wa kazoza mubona mwo igiphungu urabaremereye . Bamwe bababwira ngo subira iyo mwaje muva , infashanyo nazo ziboneka nabi nabi , ivyo vyose turazi ko biremereye imitima yanyu . Ariko hejuru y’ivyo , muguma mwakije itara ry’umwizero . Uno munsi twifuza kubakeza kubera ubwira bwanyu n’ukwihangana kwanyu bibaha iteka . Naho mwatakaje vyose , muri mwebwe benshi ntimureze amaboko , mubandanya muharanira amahoro n’umutekano mu gihugu cacu , mubandanya mufashanya , mwitaho abatagira cepho ca ruguru. Ubuhungiro bwababereye icigwa , muriko muriyubaka kugira ntimugende akagirire , mugumane ubuntu n’ubutwari. Ivyo vyose mukora bidutera intege , bikaduha inguvu zo gukomeza urugamba rwo guharanira amahoro n’umutekano kuri bose gushika igihe ubuzima bw’impunzi tuzobuvuga nk’umugani. Umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi , urasubiye kwibutsa akamo ishirahamwe mpuzamakungu riraba impunzi HCR ryateye amakungu haraheze imyaka ibiri , kugira ibihugu vyisununuye bije hamwe vyigire hamwe umugambi wo gufasha impunzi kuva mu mwaka wa 2018 . Mu ntege nke zabo , impunzi zose iyo ziva zikagera ziracakeneye uwitwarariko udasanzwe mu kubaho kwabo kwa minsi yose no kubashigikira kugira ibibazo vyabo bironke inyishu irama .

Turasubiye no gutera akamo abarundi , iyo bari hose , kugira bibuke benewabo bataye ivyabo bagahunga , barakeneye ukoboko kwanyu n’ivyiyunviro vyanyu . Tuje hamwe lero , dufashanye twongera duharanira intwaro nziza , yubahiriza amateka yose atuma abanyagihugu bishira bakizana , babana mu mahoro mu budasa bwabo.

Ako ni akamo gatewe n’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 11 Juin 2018.

Le président Nkurunziza, a surpris, en annonçant, lors de la promulgation de la nouvelle constitution jeudi dernier, son intention de ne pas se présenter comme candidat aux prochaines élections présidentielles. La polémique sur la véracité et les raisons derrière une telle annonce bat son plein. Entre ceux qui parlent d’un probable lâchage régional et ceux qui pensent que cela traduirait plutôt de dissentions internes au sein de son propre parti ou encore de la pression des sanctions européennes devenus trop pesantes, interrogations et spéculations fusent de partout.

Au moment où la teneur de cette décision semble défrayer la chronique, le MFFPS voudrait rappeler aux burundais et l’opinion internationale, qu’après trois ans de terreur et de violations  systématiques des droits de l’homme, le Burundi est une nation déchirée et saignée à  blanc, et que cela prendra bien plus que le départ d’un seul homme, pour la remettre debout.  Nous avons certes, et à raison, dénoncé, l’usurpation du pouvoir par un cumul de mandats présidentiels à caractère illégal.  Mais au-delà de cela, nous demeurons conscients que cette appropriation forcée du pouvoir traduit de maux bien plus profonds minant notre pays.  

Barundi, Barundikazi, rien ni personne ne doit nous faire perdre de vue l’objectif ultime pour lequel nous nous sommes levées : ‘’réclamer l’existence bafoué de tout un peuple. ‘’ Un peuple en proie à une gouvernance pernicieuse, victime d’une politique basée sur l’exclusion, et tombant sous le coup de la corruption et d’une misère sans nom. Tant que cette existence ne sera pas restaurée et respectée, nous ne nous tairons pas.  Oui, nous continuerons d’exiger justice et réparation au nom de toutes les victimes. Nous ne cesserons pas de réaffirmer le caractère sacré de la vie ainsi que la primauté des principes de justice, d’équité et de redevabilité, car ces valeurs sont le socle de ce leadership éthique auquel nous aspirons tant.  

La trajectoire d’une nation est définie par les actes du leadership en place. Nous nous sommes levés pour que tout dirigeant et tout système voulant prospérer sur les cendres de son peuple, et bâtir sur les ruines des siens, sur fond de manipulation et radicalisation politico-identitaire, n’ait plus de place chez nous.  Gardons donc, Barundi, Barundikazi, les yeux fixés sur notre ultime objectif : celui de rétablir un véritable Etat de droit tel que que l’honneur, le bon sens et l’intérêt supérieur de notre patrie nous le commandent.  Nous sommes en marche, la lutte continue et nous sommes en train d’écrire notre propre histoire : celle d’un Burundi paisible, prospère et digne pour les générations présentes et celles à venir.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.