Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa 10 Kigarama 2018.

Ingaruka mbi zo gukora ikibi ata camira zibandanya ziha  inkumbi mu Burundi. Kwica vyabaye akamenyero, nta kizira kikibaho, imico yagiye akagirire. Muri ivyo vyose, umukenyezi  ni we ahaboneye amahano atagira izina  .

Kuva na kera na rindi ,umukenyezi yamye afatwa nk’inkingi y’umuryango : Inarugo , Nyina w’abana . No ku gihugu n’uko , iyo abakenyezi bataba bakubita isuka hasi , ikigoyi kiba kibica bigacika , n’uwufise ico yikorako ntiyoronse aho asumira. Ehe raba, tereza agatima mpembero ku gahitiye, aho imbonerakure zirirwa mu mabarara zihamagarira Abarundi gufata ku nguvu abakenyezi ngo bagwize imbonerakure. Uko iminsi igenda haguma hibonekeza itituka ry’akaranga n’imico, kudasonera kiremwa muntu mu mpande zose. Kubera akamenyero k’ubwicanyi, abanyepolitike, abajejwe ubutungane babona bakaraba hirya ahubwo mbere bakabuha n’insiguro,Abarundi bahavuye bibaza ko kwica ari ubuhizi gushika aho kugandagura bunyamaswa uwo mwubakanye canke ikibondo cawe abantu babona  ari nk’ibindi vyose . Mbega uwubahuka kwica uwo bacanye ince yotinya iki ?   

Turifatanije n’imiryango y’abo bose bahuye n’ayo makuba bakakwa ubuntu n’abofashe iyambere mu kubakingira . Twebwe abavyeyi turazi ko umuvyeyi asa n’uwundi , impfuvyi isa n’iyindi . Aho hambere umuvyeyi n’umwana bari indahiro , serugo ntakindi yari ajejwe atari kubakingira ico cose cobabangamira .

Turiyamirije twivuye inyuma amabi akorerwa abakenyezi mu ngo.Turababazwa n’ukubona amabi nk’ayo aba nk’akamizwe n’ingoma mu gihugu citwa ngo kirafise inzego zo gukinga no guhasha amabi nk’ayo. Turateye akamo, twibutsa inzego za Leta amabanga zijejwe yo gukingira abanyagihugu no guhana abo bose bafise ivyo bagirizwa nk’ivyo . Ubutungane kuri bose , guhana bimwe vy’akarorero amabi akorerwa abakenyezi bizotuma Abarundi bagarura agatima mpembero , bamenye ko kwica ari ikizira , kwica umukenyezi wawe , nyina w’ibibondo vyawe kikaba ikizira ca mbere kibaho.

Turateye akamo abakenyezi bose, iyo bava bakagera  kugira basubire kw’ibanga ryabo ryo guhanura , kurera runtu kugira igihugu cacu gisubire kuronka icitwa indahiro . N’aho amazi yamaze kurenga inkombe , tugume turi maso , tubandanye kugwanira agateka ka zina muntu wese canecane agateka k’abakenyezi. Impetso ihekera Uburundi tuyibungabunga kuko ejo twokwicuza.  

Ako n’Akamo mutewe n’Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 17 Kigarama 2018.

 

Message du Mouvement des Femmes et des Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce lundi noir 17 décembre 2018

Le régime de terreur de Nkurunziza s’enfonce inexorablement dans les abysses de l’horreur. Sous l’effet d’une crise politico-sécuritaire sans précédent, le pays traîne son lot de malheurs, de drames et de tragédies, sur fond d’ébranlement de valeurs sociales et morales. Au cœur de cette tourmente, les femmes ne cessent de payer le prix ultime.  

Le peuple burundais,dans sa toute sagesse, définit la femme de plusieurs manières. Elle est Inarugo, Nyina w’abana, Umurundikazi, pilier de son rugo et mère nourricière de toute une nation.  Après avoir ouvertement autorisé l’inacceptable, le viol des femmes opposées au troisième mandat illégal de Nkurunziza , ce régime a failli à  la mission fondamentale de protection des citoyens,  dont il est investi.  La détérioration graduelle des fondements moraux, politiques et juridiques de notre Nation est porteur d’une conséquence sociétale subtile, invisible et profonde : La normalisation de la violence, qui voudrait que nous considérions comme des faits divers, ces maris qui tuent leur femme. Les Bapfasoni se sont transformées en objet qu’on bat au point de les tuer.

Nous rendons hommage à ces victimes qui ont péri après avoir été profondément meurtries dans leur chair, leur être et leur intimité profonde. Nous, Bavyeyi, pleurons un monde qui, jadis, protégeait d’abord et avant tout les femmes et les enfants. Nous nous insurgeons et dénonçons ces violences conjugales faites aux femmes et déplorons l’état sans droit et sans protection dans lequel se trouve le Burundi. Nous en appelons aux institutions étatiques et leur rappelons, qu’ils ont le devoir de protéger et de punir.  Pouvoir compter sur la justice est une condition pour dépasser le traumatisme engendré et l’impunité de fait qui gangrène le Burundi et sape tout espoir de sortir de la spirale de cette violence faite aux femmes.

Nous interpellons aussi nos mères, nos sœurs et nos filles pour qu’elles jouent leurs rôles de conseillères auprès de leurs fils, maris et frères, et afin qu’un Etat de droit puisse être rétabli dans notre pays. Encourageons-nous les unes les autres, restons mobilisées et engagées, portons toujours haut le flambeau de l’honneur, la dignité et l’identité burundaise que nous incarnons.

Ceci est un Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundide ce lundi noir 17 décembre 2018.