Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ Umubabaro wa 17 nyakanga 2018. 

Inyuma y’aho umugwi wa ONU ujejwe gutohohoza ku mabi yakorewe abarundi uherutse gutangaza ivyavuye muri ayo matohoza, abategetsi b’i Bujumbura basa n’abataye umutwe. Bariko bashira ijwi hejuru bakangisha amakungu ko bagiye kwiyonkora ku biro mpuzamakungu bijejwe agateka ka zina muntu, mu gihe ico bo bita guha intumbero ya politike raporo yavuye mu matohoza cobandanya. Babaye nka ya ngwe igutwara igitungwa ikagutanga kuraka. Ehe ntuzewe : mu gihe hari haraye habaye igitero mu Gatumba ahahana urubibe na Congo, abo bategetsi ntibahengeshanije kugomorera abanyagihugu mw’ibarabara kugira ngo baze kwiyamiriza ivyo bita abashaka kubatega imitego. Leta y’i Burundi iguma isamaza abarundi yamaze kugira imbohe, itangaza abansi idafise mu gihe ata n’umwe ayobewe ubugaba bwayo bwo kwankira abajejwe gutohoza ku mabi yakorewe abarundi gushika mu gihugu kugira ikinyoma gikubitirwe ahashashe. Ikindi caraye gitangaje abatari bake n’ukungene abaserukira Leta y’i Bujumbura bivumbuye mu nama bari batunganije bo nyene i Geneve mu gihugu c’ubu Suisse, kubera badashaka guharira amaso mu yandi n’abarundi baserukira amashirahamwe yigenga ajejwe agateka ka zina muntu, bagiye biteguye kwerekana bimwe mu vyemeza ibiri muri iyo raporo. 

Mu gihe inama y’umugwi wa Onu ujejwe agateka ka zina muntu ikibandanya ibikorwa vyawo, umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi wagira wibutse ko muri kino gihe, abahohotewe n’ubutegetsi bw’i Bujumbura bahanze amaso amakungu kandi ushigikiye cane amatohoza  agirwa n’inzego mpuzamakungu mu gihe mu Burundi ubutungane bwazingamitswe, aho gutunganiriza abahohotewe bihutira ahubwo gukingira ikibaba abakora ayo mabi , benshi bakaba ari abari mu nzego z’igipoli, abari muri rwa rwego rujejwe igendereza hamwe n’imbonerakure.  Kudahana ivyaha canke kubihakana ikaba ari yo yamaze kuba ingendo. Twagira kandi twibutse ko icokorwa cose kugira Uburundi busubire ku murongo, gitegerezwa kwishimikiza uruhara ntangere rwayo matohoza n’ibikorwa vya sentare mpuzamakungu mpanavyaha yatanguje ku Burundi.  Amakungu n’abagenzi b’Uburundi kandi tubateye akamo kugira bibuke ko ingorane ziri mu Burundi zatewe n’amatora yo mu mwaka wa 2015. Ubu naho nta kindi kivugwa atari imyiteguro y’ayo muri 2020, abarundi bakaba batanguye kuyazira akiri mu myiteguro. Ni mwibuke namwe abazize gutora oya ibwirizwa nshingiro. 

Mu gihe twunva ko hari n’ibiganiro hagati y’abarundi vyimirije, twagira twibutse dushimitse  ko ibijanye n’ukwubahiriza agateka ka zina muntu, ubutungane, umutekano kuri bose, guhana ivyaha ari ibintu ntaharirwako, abazoja muri ivyo biganiro bashimikire nyabuna kuraba ingene ubwo burenganzira bwose bwoja mu ngiro, abatavyemera bakigizwayo. 

Barundi, Barundikazi, igihugu cacu kigeze aho umwansi ashaka, nta numwe arekuriwe kuba sindabibazwa, nta numwe arekuriwe kutumva akamo k’ababuze ababo, k’ impfuvyi n’abapfakazi, k’impuzi zigorewe mu kangaratete, ako kamo katubaza iyo amahoro n’ubutungane vyaroye n’igihe bizogarukira ngo imitima yabo itekane. Ako kamo katuraba twese, amakungu azodufasha twifashije, tubanje gusubira kwiyambika agashambara. 

Ako n’akamo mutewe n’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere wa 17 nyakanga 2018

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 17 Septembre 2018.

Après les dernières déclarations de la Commission d’enquête sur le Burundi faisant état de constatations toujours plus accablantes quant à la situation des droits de l’homme au Burundi, Bujumbura semble nerveux. Il hausse le ton et menace de quitter le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies s’il « continue à être politisé’’ dit-il. La fuite en avant du régime est à son comble. Celui-ci en effet, n’hésite pas, au lendemain d’une attaque meurtrière du poste-frontière de Gatumba, d’ameuter une population déjà prise en otage, pour manifester et crier contre un soi-disant complot. Le gouvernement du Burundi continue de parler d’un acharnement à son encontre mais son manque total de coopération avec la commission, et son refus de répondre et d’engager une discussion factuelle et objective avec la société civile présente à Genève, traduit profondément de son manque notoire de volonté politique.

Alors que la session actuelle du Conseil est encore en cours, le MFFPS voudrait interpeller la communauté internationale sur le fait que l’espoir ultime des victimes de crimes contre les droits humains au Burundi réside dans la poursuite d’enquêtes indépendantes et crédibles pouvant pour le moment, être uniquement menés par des instances internationales étant donné que les institutions judiciaires nationales semblent s’atteler à couvrir les crimes et violations des droits de l’Homme commis par la police, le SNR et les Imbonerakure, en consacrant l’impunité. Les tentatives potentielles du Conseil des droits de l’homme pour trouver un compromis avec le Burundi, ne devraient pas se faire au prix de l’affaiblissement du mandat de la Commission d’enquête et du travail de la Cour pénale internationale dont les enquêtes sur le Burundi sont en cours. Maintenir l’attention portée sur le Burundi est également crucial dans le contexte de préparation du forcing électoral de 2020, qui est déjà à l’origine d’un climat de peur et d’abus.

Au moment où, selon certaines sources, un nouveau round du dialogue inter-burundais devrait débuter incessamment,  nous, Barundikazi, voudrions rappeler avec insistance, que les droits de l’homme, la justice, la sécurité pour tous, la lutte contre l’impunité ne sont pas négociables. 

Barundi, Barundikazi, la taille de l’enjeu ne permet à personne d’être spectateur. Comme un appel, un cri du cœur, l’écho strident des innombrables vies humaines perdues, des centaines de familles plongées dans le deuil et l’incertitude quant au sort de leurs proches et des milliers de réfugiés en exil nous poursuit et nous rappelle que nous devons dépasser nos clivages et croire en la paix, que nous devons rester dignes et résilients, et que nous ne pouvons pas permettre que quelqu’un d’autre écrive notre histoire à notre place. 

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.