Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 2 Mukakaro 2018.

‘’Umwigeme wese agize ivyago agatwara inda canke akubaka ku nguvu aciga mwishure nshingiro canke mu mashure yisumbuye, nta burenganzira agifise bwo gusubira kwiga mwishure ya Leta canke yabigenga’’Iyo ngingo tuyisoma mw’itegeko umushikiranganji ajejwe inyigisho z’amashure nshingiro nayisumbuye yahaye abajejwe indero mu ntara.
Ico tutamenye, nuko iyo ngingo yoba ijanye n’igikorwa co gusubiza ku murongo imico y’abarundi intwaro y’i Bujumbura yitwa ko yatanguje umwaka uheze.Uko biri kwose, iyo ngingo irarenganya abigeme kandi ihushanye n’ingingo zose ziha uburenganzira bungana abigeme n’abahungu nkuko tuzisanga mu mategeko mpuzamakungu uburundi bwashizeko igikumu .
Biragoye n’ugutegera mu gihe abajejwe inyigisho n’indero batigeze bakura ku munwa, mu gihe imbonerakure zariko zirahimiririza gutera inda abakeba kugira bagwize imbonerakure , ababiririmba ku mugaragaro akaba atawabariye n’urwara . Mbega uwundi mwimbu bari biteze n’uwuhe ?
Vyongeye , uburemere n’akarenganyo vyiyo ngingo, ntibigabanurwa nuko ikora no kubahungu canke ko abo bana boshobora kwiga mu mashure y’imyuga, oya na gato !Ahubwo yerekana yuko uwayifashe yiyobagije canke atumva na gato ivyankenerwa mu biraba imibano n’indero y’ abanyeshure, iragaragaje ubushobozi buke inzego za Leta y’uburundi zifise bwo gutorera inyishu irama ingorane z’ imbanyi caduka ku bana bakiri mu mashure.
Umuhari w’abakenyezi n’abigeme uharanira amahoro n’umutekano, uramiriye kure iyo ngingo iza gukumira abigeme bagize ivyago vyo gutwara inda mu kubahenurira mu bisata vy’indero batahisemwo maze navyo nyene bititaweho bikwiye. Ntaho bitaniye nukubanigira mu menshi kuko bibatwara umwizero niteka bakiri urwaruka.
Ije noneho kwunyura amahano basanganywe yo gutabwa n’umuryango bigatuma bashobora kugira ingorane zibatwara ubuzima mu gihe co kwibaruka, maze bakaja kwubaka ku nguvu kugira baronke ikibatunga nurwo ruhinja bazokwibaruka. Kenshi abo bana ntibaba barakwiza imyaka ikwiye yo kurangura amabanga y’abubatse bigatuma bakenera gukingirwa bikwiye n’amategeko.
Turibukije ko kurya igisata c’indero gifise uruhara nyamukuru mu gukinga imbanyi zivyaduka abigeme batipfuza, niko gitegerezwa gukora ibishoboka kugira kironse indero abigeme bafise imbanyi, nabo bandi bibarutse bakiri ku ntebe y’ishure.
Ivyigwa vy’irondoka rijanye n’amagara meza ni kirumara mu gukingira abigeme imbanyi batipfuza,nayo ntishoboka mu gihe bataronse amahirwe yo kuja kw’ishure. Aho bisaba ko ishure riba ikibanza kirimwo igishika,gikingiwe amabi yo gukumira,kwirukanwa nuguhohotera abana.
Kuringaniza amahirwe yo kuronka indero ku bana bose ni igikorwa cegukira leta, ntishobora kucidohora mwo mu kwikuriza iryo banga ku wundi muntu numwe mu ntumbero yo guhana abana batiriganye . Tuboneyeho ahubwo akanya ko gutera akamo Leta kugira ifate ngingo zotuma abigeme bibungenze n’abibarutse bashobora gukurikirana ivyigwa vyabo atagukebaguzwa kubera ababatunga agatoke canke bashobora kubagirira nabi kugira n’aho boba baratsitaye kazoza kabo ntigace kagenda akagirire n’igihugu ngo gihombe intererano yabo.
Ako kari Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce Lundi Noir 2 Juillet 2018.
« Toute fille encore à l’école fondamentale ou post fondamentale, victime de grossesse ou contrainte au mariage de même que le garçon auteur d’une grossesse n’ont pas droit de réintégrer le système éducatif formel public et privé”»,lit-on dans une récente note du ministre de l’Education de la formation technique et professionnelle. Difficile de savoir si cette mesure s’inscrit dans le cadre du processus controversé de moralisation de la société burundaise entrepris par Bujumbura depuis l’année dernière. Ce qui est clair, c’est qu’elle fait grief et qu’elle est contraire au principe d’Egalité des chances et au droit à l’éducation repris par différents instruments légaux internationaux ratifiés par le Burundi. Difficile aussi de croire à la bonne foi de Bujumbura si l’on se rappelle de l’incitation à la violence sexuelle à peine voilée à travers le slogan ‘’Tera inda abakeba bavyare imbonerakure’’ dont les auteurs n’avaient point été inquiétés.
Le fait que cette mesure frappe aussi les garçons et que les élèves exclus du système éducatif formel pourront fréquenter l’enseignement des métiers ou s’orienter vers la formation professionnelle n’en attenue point la gravité, mais dénote plutôt d’une compréhension biaisée des besoins socio-éducatifs des jeunes élèves et de la faible capacité de réponse institutionnelle à la problématique des grossesses précoces non-désirées.
Le MFFPS condamne énergiquement cette mesure qu’il considère comme étant ni plus ni moins une discrimination éhontée à l’égard des jeunes filles victimes de grossesses précoces non-désirées, qui se verront contraintes de suivre des filières éducatives qu’elles n’auront pas elles-mêmes choisies. Rejetées par leurs familles, risquant des complications parfois mortelles des suites de couches, ne détenant pas de moyens pour élever leurs enfants et acculées aux mariages forcés pour survivre, les jeunes filles-mères vivent un véritable calvaire. La plupart de ces victimes n’ont pas l’âge de la majorité sexuelle et constituent donc une catégorie devant être protégé de manière particulière par la loi. Restreindre leurs choix d’orientation en matière éducatif revient à limiter leur rayon des possibles et à les priver d’espoir et de dignité tout en exposant leurs enfants à naitre.
Le MFFPS voudrait rappeler qu’autant le secteur de l’éducation a un rôle manifeste et décisif à jouer dans la prévention des grossesses précoces et non désirées, autant il doit garantir le droit à l’éducation des filles enceintes et des filles mères. L’éducation civique et sexuelle est cruciale pour prévenir les grossesses précoces et non désirées. Mais elle n’est efficace que quand les filles ont la possibilité d’accéder et d’aller à l’école et d’ y rester autant que nécessaire. Elles doivent donc être soutenues dans la poursuite de leur scolarité, par un milieu scolaire favorable et accueillant, et doivent être protégées à l’école contre l’expulsion et l’exclusion.
Garantir l’égalité effective d’accès à l’éducation et à la formation des filles-mères est une responsabilité qui incombe à l’Etat et dont il ne peut se soustraire par des politiques d’éducation ou de réintégration scolaires assorties d’obligations punitives. Le MFFPS lance donc un appel vibrant aux responsables éducatifs du pays afin qu’ils mettent en place des mesures permettant aux filles enceintes ou aux filles mères de poursuivre leur scolarité dans un environnement scolaire sans violence, stigmatisation et discrimination. Pour que plus jamais la grossesse précoce ne sonne le glas de l’éducation des filles.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.