Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 20 Myandagaro 2018.

Itariki 19 z’ukwezi kwa Munani , n’umunsi wahariwe kwibuka abagiraneza batabara mu vyago bitandukanye bikunda gushikira abantu . Hari mu mwaka w’ibihumbi bibiri na gatatu (2003), igihe c’intambara mu gihugu ca Irak aho abagiraneza 22 baguye ku rugamba rwo gutabara , ari naho havuye ico ciyunviro c’ugushinga uwo munsi.

Ariko iruhande yo kwibuka abagiraneza , uwo munsi uha akaryo amakungu ko kwibaza ku migenderanire abantu bakwiye kugiriranira , haba mu bihe v’amahirwe canke vy’amagorwa. Uno munsi twitiririye uwa mbere wirabura, umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi uboneyeho akaryo ko guhindukiririza amaso mu karere ka Afrika na canecane Afrika y’ubuseruko, ariko karere Uburundi burimwo . Ako karere karimwo abarundi barenga imiliyoni zitatu n’igice bakeneye infashanyo, na cane cane ibihumbi amajana n’majana bataye izabo bagahungira mu bihugu bibanyi. Izo mpunzi uno munsi muribo harimwo abatakigira ayo bacira n’ayo bamira kuko bariko barakwa uburenganzira bwo gusaba indaro. Uretse ko biri mu mategeko agenga amakungu , gutanga indaro wamye ari umuco mwiza uranga abanyafrika , ni umwe mu mico myiza yo gufashanya abatuboneye izuba baturaze.

Aha twokwibutsa iragi rya UJAMAA ry’umuhisi Mwalimu Julius NYERERE . Imico myiza yo gufashanya muri Afrika ni yo yanatumye abategetsi bigize rurangiranywa mu gukora ikibi nka ba IDI AMIN DADA n’abo bose bafise imigambi yo guhonya abandi batuzwa . Uwo mutima wo kwitwararika ko abantu bose bobaho mu gateka kabakwiye wari ukwiye kwibutsa abarongoye ibihugu vyo mu karere ka Afrika y’Ubuseruko ko Abarundi batse indaro iwabo ari abana ba Afrika , ko batokwitwararika gukingira ikibaba uwutwara igihugu nkabo ahubwo bokwitaho nyabuna abo bafise intege nke zo kwigwanirira. Aho twogirako twibutsa ko bamwe muri abo bategetsi nabo nyene baciye muri ubwo buzima bw’impunzi kandi baronse ababagarukirako muri ico gihe, uburenganzira bamwe muri bo bariko baka abarundi. Gufasha abakwituye bari mu ngorane n’igikorwa c’iteka camye kiranga abiguze ibihugu vyacu , abaturongoye bari bakwiye gukorana ubuntu .

Ako kari Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce Lundi Noir 20 Août 2018.
Le 19 août est la journée mondiale de l’aide humanitaire; elle trouve ses origines en Iraq lors d’une attaque en 2003 où 22 travailleurs humanitaires ont péri. Au-delà du devoir de mémoire pour ces héros tombés sur le champ de solidarité humaine, l’objectif est d’en être un véritable reflet de la communauté humanitaire mondiale. En ce lundi noir, le MFFPS saisit cette occasion pour tourner son regard vers la communauté africaine, celle-là même qui a vu 3,6 millions de burundais en besoin d’assistance, cette même communauté africaine qui a aussi vu naître un nombre grandissant de réfugiés burundais. Ces mêmes réfugiés qui maintenant, se voient refuser leur droit le plus élémentaire, celui du droit d’asile.

Le MFFPS, au nom de la solidarité humaine, et plus important, africaine, rappelle que les réfugiés burundais sont des enfants de mère Afrique et méritent un traitement digne de la politique éthique, à la base d” Ujamaa “ de Mwalimu Nyerere; une politique qui se veut dépositaire des valeurs africaines de solidarité, de résilience et d’éthique. Nous, femmes et filles réunies au sein du MFFPS affirmons que toutes ces journées mondiales instituées et officialisées par l’occident résident et sont représentées de façon indélébile dans la culture, l’histoire et la lutte perpétuelle de l’homme africain pour sa dignité et son indépendance. Et que c’est grâce à cette même solidarité africaine, que d’anciens tyrans comme Idi Amin Dada sont tombés, que des génocides ont été arrêtés…et que finalement, finalement que c’est au nom de chaque combat ancien et présent, pour la liberté et la dignité, que le dirigeant tanzanien, l’ougandais et tout Africain se doit de tendre la main, et de secourir non pas son homologue président mais plutôt son frère réfugié burundais.

Des dirigeants qui pour la plupart, rappelons-le, furent refugiés eux-mêmes et bénéficièrent de cette même humanité qu’ils ont décidé aujourd’hui de refuser à ceux-là même qui les ont élus. Un tel impératif de solidarité est non seulement un devoir inscrit dans les habitudes idéologiques de nos libérateurs, mais un appel venu du plus profond de notre humanité.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.