Akamo k’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano ko kuruyu wambere igenekerezo rya 23 kigarama 2019

Kw’igenekerezo rya 7/6/2018, Umukuru w’igihugu Petero NKURUNZIZA yaratangaje ko atazokwitoza mu matora yimirije yo mu mwaka wa 2020. Iyi nkuru benshi bayakiriye barabana mu maso kuko atawari ayiteze na cane cane ko yari ahejeje gutera igikumu kw’ibwirizwa nshingiro  risa n’ikoti bamushoneye kwambara igihe c’amatora. Eka noneho imvyino n’amajambo yagiye aravugwa mu nyuma yarerekana  ko hariho ibinyegezwa inyuma y’iryo tangazo. Eh mama abayoboke biwe mu mugambwe baramubatije ko ari imboneza yamaho , eh mama abitwa ko bavugishwa n’Imana baratangaje ko Imana yabahishuriye ko atawundi Imana ishaka atari Nkurunziza n’ibindi n’ibindi.

Uno munsi haraye habonetse iyindi ntambwe. Petero NKURUNZIZA yaraye asubiye kwemanga ko amango nk’aya mu mwaka uza hazoba hari uwundi mukuru w’igihugu. Benshi bakunvako koko atazoba ariwe. Aho hari ku munsi wa gatanu aho yariko yifurizanya umwaka mwiza n’ingabo z’igihugu n’abajejwe iperereza.

Abakekeranya ubu noneho boba bajijutse? Benshi nubu baracabazanya bati “Mbega ko hasigaye amezi abiringoabazitozabashikirizeicocifuzowamurwiujejweamatora , muri CNDD FDD azoba ari nde , bati ubwo ntazohava agomorera abanyagihugu n’abayoboke biwe mw’ibarabara ati genda muvuge ko atawundi mushaka nawe ace agaruka ati nta wundi Abanyagihugu bifuza atari jewe. Abandi bati barya bahanuzi b’ibinyoma ko ataco abavugako ,ngo abihanize? Bati burya ntibabizinanyemwo ejo azovuge nawe nyene ngo Imana na je yarabimpishuriye?

Ibibazo biracari vyinshi ariko ntibidusamaze.Ico tubona n’uko Nkurunziza yitoza atitoza imyiteguro yoyo irahari. Hari abariko baritegurira amatora n’abandi bayaraba irarirari ,bataziko bazoyitaba canke batazoyitaba kandi ikizova muri ayo matora kizodukorako twese tucemera canke tutacemera.

Umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi uhamagariye abarundi n’abarundikazi kudashira umutima n’ubwenge bwabo BWOSE  kuri ayo matora ya 2020. Nkurunziza yitoza UBU canke atitoza, ico tuzi co azotinda ahave haze abandi. Igihambaye n’ico yakojeje imyaka 15 ari kubutegetsi, iragi asize inyuma yiwe. Mbega bamwe yagira imphuvyi n’abapfakazi, bamwe yangaza, bamwe yahohoteye na bamwe yanyaga bazomwita amazina ayahe.

Ico twomenya n uko inyuma y’amatora ya 2020 UBURUNDI buzobandanya bubaho, ko ico Uburundi buzoba ejo bizovana nukugene tubwifuza. Ico tuzokoza matora ya 2020 cose kizovana n’ico umwe umwe wese yihaye nk’intumbero ya Kazoza ku Burundi n’abarundi. Ariko ntitwisige inkore kumaso, twemeranyeko aho turi ubu atariheza, hakwiye impinduka. Wewe na jewe dufise uruhara rukomeye kugira iyo mpinduka ishoboke.

Ako ni akamo k’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi pour ce Lundi 23 Décembre 2019

En date du 7/6/2018, le Président Nkurunziza avait déclaré qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession pour les élections de 2020. Cette décision faite au lendemain de la promulgation de la nouvelle constitution avait étonné plus d’un, surtout que selon l’opinion générale, cette constitution était bien taillée à sa mesure, concentrant désormais tous les pouvoirs entre les mains du Président et lui permettrait de rester au pouvoir jusque 2034.

Par ailleurs, certains faits et gestes qui ont précédé ou suivi ce discours n’ont fait que renforcer ce scepticisme. A titre de rappel, le 11 mars 2018 ; le Président   Nkurunziza s’est vu accorder le titre de « guide suprême éternel’ par les cadres de son parti dont seuls les auteurs connaissent réellement la signification.  Autre fait qui ne trompe pas, certains proches de Nkurunziza qui se disent prophètes ne cessent de faire des révélations que Nkurunziza devra rester au pouvoir par volonté divine, révélations qui ne sont bien sûr pas démenties par le concerné ou ses services.

Ce vendredi 20 décembre 2019, Pierre NKURUNZIZA vient de faire un autre pas. Il a réaffirmé haut et fort sa volonté de ne pas briguer un nouveau mandat.  C’était lors de la cérémonie de voeux  à l’adresse des corps de défense, de sécurité et de renseignement. 

Ce discours a-t-il convaincu maintenant les sceptiques ? Pas du tout, Les doutes persistent encore.

Selon une certaine opinion, à 5 mois des élections, et à 2 mois de dépôt des candidatures présidentielles à la CENI, ce qui serait plus parlant aurait été de connaitre son dauphin. Sinon il ya toujours cette crainte que demain le peuple ou les membres du parti au Pouvoir soient appelés à envahir les rues pour réclamer le maintien du guide suprême et éternel.  Lui n’aura fait que répondre aux exigences du peuple ou du parti.

Quoi qu’il en soit, qu’il soit candidat ou pas, les préparatifs des élections avancent et ce qui en résultera affectera tous les Burundais, d’une manière ou d’une autre. Ceux qui y participeront ou pas, ceux de l’intérieur comme ceux de l’extérieur du pays.

Le Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi invitent tous les Burundais de ne pas être seulement braquées sur les élections de 2020 car le Burundi vivra au-delà de cette période. Que Nkurunziza soit candidat ou pas, ce qui est sûr, il quittera un jour le pouvoir.

Ce qui est aurait été intéressant c’est l’héritage qu’il laisse derrière lui. Au moment où certains s’amusent à l’appeler « guide suprême et éternel » , quel noms  pourraient attribuer à Pierre Nkurunziza les veufs et veuves , les orphelins , les mutilés , les personnes dont les biens ont été spoliés , les exilés et réfugiés  ,  bref tous ceux qui ont souffert de son mandat de plus .

Les élections de 2020 n’étant pas une fin en soi, nous aimerions inviter les burundais et les burundaises à réfléchir au-delà de 2020, à penser comment guérir  les blessures multiformes occasionnées par le troisième mandat illégal de Nkurunziza. Le Burundi de demain sera ce que nous voulons qu’il soit. Mais soyons-en d’abord convaincues que la situation va très mal et qu’il nous faut conjuguer des efforts pour bâtir le Burundi que nous voulons.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.