Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 25 Ruheshi 2015.

Ejo aho bukera kuwa 26 Ruheshi, ni umunsi mpuzamakungu wahariwe gufata mu mugongo abo bose bahohoterwa bagasinzikarizwa ubuzima kw’ isi nzima. Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi uboneyeho akandi karyo ko kwibuka Abarundi isinzi basinzikajwe uko buca bukira n’ iki kiza cadutse mu gihugu kuva mu kwezi kwa kane 2015. Twibuka cane cane amajana n’ amajana iyi ntwaro ya Bujumbura n’incuti zayo zakuyeko iteka ry’ ikiremwa muntu, zigafata bunyamaswa.

Muri ibihumbi mwabonye aho rwotera izuba muri ya mabohero azwi n’ atazwi, mu birovy’ iperereza no mu bindi binywabi mukaborezwa igufa babacishwamwo intsinga zirimwo umuyagankuba, mukubitwa inyundo n’ ivyuma, muturizwa ubumwanya bwaka umuriro, mukorerwa ivya mfurambi. Ntamabi mutabonye !Twifadikanije n’imiryango ya mwebwe mwese mwahasize ubuzima, tubunamira tubemerera ko tuzoshishikara urugamba dusangiye . Uburundi buzokwama bwibuka ukwitanga kwanyu. Ku barokotse nabo, naho ubuzima bwanyu butazosubira kuba bwabundi kubera inkovu n’ ibikomere mwatewe n’ububabare bw’ umubiri n’ umutima, agahinda k’akarenganyo, ntimwacitse intenge, mwama murwa muvyuka kugira mwubake akandi kazoza.

Nico gituma ,twebwe twebwe Abarundikazi twipfuje kubaha icubahiro mukwiye bene wacu, basaza bacu, bakobwa n’ abahungu bacu tubabwira ko turikumwe namwe, twibutsa abanyu n’ amakungu ko tukiri ho, duhagaze, twiyemeje guharanira bwa Burundi bwiza twipfuza twese, na cane cane turondera ko mworenganurwa.
Mw’ izina ryanyu, twipfuje gusubira gutera ivyatsi ubukoko bw’iyi ntwaro atakindi yajeje inzego zayo zose atari kuyishigikira mu migambi igayitse yo gucinyiza no guturubika abanyagihugu.
Kuri twebwe Abarundikazi, kwanka no kwiyamiriza ihohoterwa n’ ifatwa bunyamaswa rya zina kiremwa muntu birarengeye gutora iciza ukanka ikibi. Ni ikibazo c’uburongozi bufise ico bujejwe n’ ico bubazwa, ni guhitamwo ubundi buryo bwogutwara no gutwarwa. Uko biri kwose, uko bizogenda kwose, reka tuzokwame dutora gusonera agateka ka kiremwa muntu, twemere ko ubuzima ari akatihabwa, igiti kiturirwa kugira n’ ejo n’ ejo bundi ubukoko n’ ubunyamaswa ntibisubire kwiganza mu baremwe ari abantu !

Ako kari Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce Lundi Noir 25 Juin 2018.
Le Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi (MFFPS) saisit l’opportunité du 26 juin journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, pour exprimer une pensée particulière aux nombreuses victimes des cruautés quotidiennement perpétrées depuis que la crise a éclaté dans notre chère patrie en avril 2015. Nous pensons spécialement aux centaines de victimes des pratiques de torture et de traitements cruels, inhumains et dégradants utilisés de manière systématique comme outil de déshumanisation, d’humiliation et de répression par le pouvoir de Bujumbura et ses alliés.

Vous êtes des centaines à avoir souffert le martyr dans différents lieux de détentions illégaux du régime : lacérés aux câbles électriques, perforés par des barres d’acier, frappés à coups de marteau, brûlés au plastique fondu, abusés sexuellement, laissés pour morts dans les geôles du Service national de renseignement et dans d’autres lieux de détention obscurs, vous avez tout vu, tant subi.. Nous nous joignons aux familles et amis de tous ceux qui n’ont pas pu survivre à cette horreur, pour vous rendre hommage et vous promettre que nous poursuivrons notre combat commun. Le Burundi se souviendra toujours de votre sacrifice.
Pour vous tous qui avez survécu, certes votre vie ne sera plus jamais le même. Mais malgré vos profondes meurtrissures, les traumatismes endurés, vos espoirs brisés, le sentiment persistant d’injustice, vous essayez , tant bien que mal d’avancer, de vous réinventer un avenir.

C’est pourquoi nous Barundikazi, tenons a vous honorer aujourd’hui, nos sœurs, nos frères, nos fils et nos filles, à vous manifester notre solidarité, en rappelant aux vôtres et au monde que nous sommes toujours là, engagées a porter la cause de ce Burundi meilleur que nous cherchons tous et surtout pour que justice vous soit rendue.
Nous voulons, en votre nom, aussi fustiger la barbarie d’un système dans lequel les institutions de l’État sont mises au service de desseins abjects, devenant ainsi des instruments au service du despotisme et de la répression.
Pour nous Barundikazi, refuser la torture, les traitements cruels, inhumains et dégradants, n’est pas qu’une question d’éthique. C’est aussi une question de leadership responsable et de choix d’un autre mode de gouvernance. Alors choisissons envers et contre tout le respect de la dignité humaine et la sacralité de la vie. Pour que plus jamais, l’inhumain ne prenne le dessus chez nous.

Ceci est un message du Mouvement des Femmes et des Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi.