Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce lundi noir 25 novembre 2019.

 

Ce 25 novembre, le monde célèbre  la  Journée Internationale pour l’Elimination  de la Violence à l’égard des Femmes. La journée ouvre toujours une campagne internationale de 16 jours qui va du  25 au 10 décembre, Journée mondiale des droits de l’homme. Cette année, les Nations Unies  appellent cette campagne : « Tous UNIS, d’ici à 2030, pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » sous le thème : « Orangez le monde : #ÉcoutezMoiAussi ».

Le Secrétaire Général des Nations Unies préconise la prise de mesures à l’échelle mondiale pour sensibiliser, encourager les efforts de plaidoyer et partager les connaissances et les innovations.

Des milliers de femmes sont quotidiennement battues, violées, torturées, physiquement et moralement agressées, à domicile, dans leur communauté, sur leurs lieux de travail…Victimes de crimes couverts par une totale omerta, les femmes doivent encore souffrir la honte, la culpabilité, la stigmatisation et la solitude ;d’ où l’ appel  pressant de  la  directrice exécutive d’ONU Femmes à toute personne, quelles que soient ses origines, à s’informer, écouter les survivantes, les croire, pour en finir avec la culture du silence et placer les survivantes au centre de toutes les interventions.

Au  Burundi, le thème qui reprend  celui des Nations Unies dit : Orangeons le Burundi : investissons plus dans l’éradication des violences faites aux femmes. Dans leurs allocutions à   l’ occasion de cette journée, les différentes autorités au pays reconnaissent que les violences faites aux femmes sont un fléau qu’il faut éradiquer afin d’arriver au développement durable. Les sévices infligés aux femmes sont malheureusement une cruelle réalité chez nous !  943 cas de viol entre  janvier et septembre 2016 et  50% de ces  victimes sont des filles de moins de 16 ans, relèvent ces autorités !

Elles auront oublié de relever que la crise aura intensifié les violences  à  l’ égard des femmes qui sont devenues une cible particulière. Elles sont violées chez elles en présence de leurs proches parents, torturées dans les cellules où elles subissent les interrogatoires, dans les écoles par leurs enseignants, rattrapées par les jeunes miliciens pendant leur fuite vers les camps de réfugiés, réduites en esclaves sexuelles, objets de trafic humain… 

Le Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité saisit  cette opportunité pour célébrer tout homme ou femme de part le monde entier qui s’est battu et se bat toujours pour la fin des violences envers les femmes et les filles.

Nous appelons tous les Burundais à briser le silence et à aider les femmes victimes à sortir du silence pour exiger et avoir réparation. Plus nous serons nombreux à ne pas justifier et tolérer ce mal sous de fallacieux prétextes, à condamner et dénoncer ses auteurs dans nos maisons et autour de nous, à refuser l’impunité de ce genre de crimes, plus l’homme saura respecter la femme dans la dignité qu’il souhaiterait voir toute la société reconnaître à sa mère, son épouse, sa fille, sa sœur, sa tante, sa cousine.

Le Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi lance enfin  un cri d’alarme au pouvoir en place pour que soient créées les conditions de résolution de cette crise et que ces crimes dont sont victimes les femmes et filles de ce pays à l’instigation ou  sous le regard complaisant des autorités politiques, administratives, judiciaires et policières dans l’impunité la plus totale prennent fin.  

Ceci est un Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce lundi noir 25 novembre 2019.

 

Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ Umubabaro  wa 25 Munyonyo 2019.

Uwa 25 Munyonyo n’ Umunsi  Mpuzamakungu wahariwe kurwanya amabi akorerwa abakenyezi n’ abigeme  kw’ isi yose . Uwo munsi niwo wama wugurura isekeza ry’ iminsi 16 rishika kuwa 10 Kigarama,  uwundi munsi mpuzamakungu ukomeye wahariwe Agateka ka zina muntu, ryo kwiyamiriza amabi yose akorerwa umukenyezi n’ abigeme  .

Uyu mwaka , Umunyamabanga mukuru wa ONU iryo sekeza yaryise ati « Twese Hamwe , kugira mu 2030 amabi akorerwa abakenyezi azobe yaranduranywe n’ imizi ! Icivugo naco kikagira kiti: Nyumviriza nanje !

Umunyamabanga mukuru wa ONU yipfuza ko mu bihugu vyose abantu bokaburirwa kumenya ayo mabi, , hagashigikirwa imigambi yose iyarwanya , ubumenyi n’ ingendo nsha muri iyo nzira  navyo bigahanahanwa.

Mu bihugu vyose, ibihumbi vy’abakenyezi n’ abigme bahohoterwa mu buryo butandukanye, minsi yose, mu ngo zabo, mu kibano, aho barangurira imirimo… atacamira. Nk’ ako ! Guhohotera umukenyezi n’ umwigeme kabaye akamizwe n’ ingoma kuva kera na rindi,  uwakorewe amabi ntavuge kuko ariko biri, ariko  vyamye, mbere niwe nkwezi y’ amarere ! Azokwemere guhora , gutungwa agatoki, kumaramara,gukumirwa no kuba igicibwa!Aho hantu harababaza ! Niho umuyobozi w’Ishirahamwe rya ONU rijejwe abakenyezi ahamagarira umuntu wese kurondera kumenya, kwumviriza no kwemera ivyo abakorewe amabi bavuga, kumena iryo banga atari ryo, maze abakorewe ayo mabi bakaba aribo mwitwarariko wa mbere mu migambi yose yo gutuza amabi bakorewe.

Mu gihugu cacu,  abategetsi bafashe ca civugo ca ONU bagira bati : Turushirizeho uburyo twahora dushira mu kurwanya amabi akorerwa abakenyezi n’ abigeme. Mu majambo bagiye baravuga ajanye n’ uyu munsi , bose baremeza ko guhohotera abakenyezi n’ abigeme ari ukuri kweruye iwacu, nk’ akarorero bakagira bati kuva muri nzero gushika muri nyakanga 2016, hari hakubaguwe abakenyezi n’ abigeme bangana 943, igice c’ abo bakaba ari abayabaga bari munsi y’ imyaka 16 !Bati guhohotera umukenyezi n’ umwigeme bidindiza iterambere !

Ico batashitseko n’ uko aya magume igihugu kirimwo yaje gusongera isibe, guhuhura ivyahuha, aho umuvyeyi akubagurirwa imbere y’ abana n’ abahita, umuyabaga imbere ya se ,mu biro vy’ abamusambisha irementanya, mu mashule kwa ba barezi bataye ibanga, aho atsindwa mw’ ishamba n’ imbonerakure yariko arahunga, aho asigaye adandazwa akaba igikoresho c’ abishigikije ubutunzi canke umuheto !

Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro b’ Umutekano bafatiye kuri uyu munsi kugira basubire bakeze  wewe mugabo, wewe mukenyezi aho uri hose ,wahagurukiye kurwanya amabi akorerwa abakenyezi n’ abigeme.  Uteye akamo Abarundi bose kugira tuve hasi , twiyamirize, tuvuge, kandi dushigikire uwo wese yakorewe amabi atinyuke avuge, asabe kandi aronnswe kwuhagirwa no gushumbushwa. Uko tuzoba benshi tuzokwanka ako kabi, ntitukarenze ko uruho rw’ amazi tukitirira imigirwa n’ imigenzo yataye igihe, uko tuzonegura abagakora mu ngo zacu no mu kibano, uko tutazogasasira indava abagakora ngo bijandajandire, niko Umurundi wese w’ intungane azokwipfuza k’umukenyezi n’ umwigeme bubahwa nk’urya muvyeyi yamwibarutse, urya mukenyezi amuvyarira ibibondo, umukobwa wiwe, mushikiwe canke inasenge..

Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro b’ Umutekano usubiye gutera akamo Abatwara Uburundi , kugira bakunde barondere inzira y’ amahoro arama niho n’ aya mabi yose akorerwa abakenyezi n’ abigeme inzego za Leta nk’ intwaro, Ubutungane, igipolisi zihimiriza canke zirorera, yohagarara. Nta mahoro, nta mutekano, nta terambere rirama tuzoshikira igice c’abanyagihugu kikizingamitswe n’amabi y’ ubwoko bwose abahakanira iteka n’ itekane  biranga umunyagihugu wese.

Ako n’Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ Umubabaro  wa 25 Munyonyo 2019.