Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uw’uwa 28 Rusama 2018.

Akariro ka ya matora kamarampaka karazimye none umengo ntacigeze. Benshi baracarindiriye ico ubutegetsi buzeye gukoza ca kiburirane c’Ibwirizwa Nshingiro ryaraye rivyawe na Referendum, ubona ko aho barishiriye ahabona ritorwa ubunenge budaharurwa.
Twese dusa naho turindiriye kugira tumenye ico dukora.
Muri ico gihe dusa n’abijajaye, ubutegetsi bwa Bujumbura bwo ntibwasinziriye. Imashini yayo y’ ubwicanyi ikuzako aho iciye. Uruhigi rw’ abansi, rw’ abatoye nabi… ntirwatezuye.
Intererano z’ urutuvanako zisabwa ngo n’izo kwubaka amashule no guhemba abigisha b’ abakutsakivi ziyongera ku zindi nyiiiinshi,gurtyo umunyagihugu agatubika uwavubi ngo avyibushe abamuhekura n’ abamuhohotera.
Mbega ayo mashule avugwa, yoba ari ya yandi ya ba bana bacu , bashonje, bacoceye baja kwigishwa za ndirimbo nsha ngo
« CARATUVUNYE NTITUZOKIREKURA » bakaba bariko bategurirwa gukorera mu ngata bakuru babo Imbonerakure, gurtyo ububisha buzobe akaramata mu gihugu !

Barundi, Barundikazi ,
isekeza ryo gutera OYA muri ya Referendum iheruka ryatweretse ishusho rikomeye ry’ukurinda,ubutwari,kwivyukiranya vyerekana ko dushashaye Ubumwe, ukwishira no kwizana, agateka ka zina muntu n’ intwaro itubereye.
Amatora Kamarampaka yaraye aheze , ariko urugamba rurashishikara. Ntidutezure, ntidusamare, nakare utambana na mukeba ntakubita urugohe.
Ingo dukomeze urunani, ya OYA yacu igume idudubiriza mu mitima yacu no mu matwi y’ ubutegetsi bwa Bujumbura nka OYA itisubirako ihakanye gucudika canke gupfunywa n’ Intwaro y’ igikenye.
Izofuruguta ibiharuro ariko ntizoshikira imitimanama yacu, izodutoteza iminsi, ariko iyayo nayo iraharuye.

Barundi, Barundikazi, ngo Kananirabagabo ntiyimye !
Nta ntwaro n’ imwe yarenze ku ndahiro y’ abanyagihugu.
OYA yacu twese, iminsi yose na hose, aho izokenerwa no mu buryo bwose tuzoyivugamwo, izonyiganyiriza gusenyura iyi ntwaro!

Ako kari Akamo k’ Umuhari w’Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 28 Mai 2018.

L’effervescence autour du référendum est tombée. Et le temps semble s’être arrêté !
Suspendus à une décision de justice dont la cause est déjà entendue, aux questions et spéculations des experts et autres spécialistes du droit constitutionnel sur le sort de ce rejeton du référendum dont on ne compte plus les infirmités, nous attendons tous que le vin soit entièrement tiré pour savoir à quelle coupe nous boirons.

Dans l’ entre-temps, la machine meurtrière du pouvoir tourne à plein régime, son rouleau compresseur écrasant tout sur son passage et fauchant sur tous les bords. La chasse à l’ennemi, aux mauvais électeurs continue, les contributions intempestives pour, dit-on, construire les écoles et payer les enseignants vacataires s’ajoutent à une autre longue liste, le pauvre citoyen contraint à nourrir les meurtriers et tortionnaires de ses enfants.
Mais de quelles écoles parle-t-on ? De celles où nos enfants, en haillons et mal nourris apprennent, poings levés, un nouvel hymne « CARATUVUNYE NTITUZOKIREKURA » leurs maîtres les préparant à prendre la relève de leurs aînés Imbonerakure et à perpétuer ainsi le cycle de la violence ?

Barundi, Barundikazi, la mobilisation et l’engagement contre le référendum dans la récente campagne électorale a lancé un message fort de courage, de bravoure, de résilience, de désillusion traduisant notre profond attachement aux valeurs d’Unité, de liberté, de droits humains et à un leadership que nous méritons!
Le référendum est passé, mais la lutte continue ! Ne baissons donc pas la garde, restons debout, redoublons de vigilance, agrandissons nos cercles et resserrons plus fort nos liens et que la force de notre NON résonne toujours au fond de nos cœurs et dans les oreilles du pouvoir de Bujumbura comme un NON à tout jamais à la compromission et à la soumission à un pouvoir totalitaire. Il pourra toujours falsifier les chiffres, mais il ne corrompra pas nos consciences, il nous soumettra un temps mais pas longtemps!

Barundi, Barundikazi, aucun régime n’a longtemps résisté au NON du peuple.
Notre NON à tous, toujours et partout où il s’impose, dans le style et la manière qui conviendront, finira par l’ébranler et le faire écrouler.

Ceci est un Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi.