Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira amahoro ,n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 29 Gitugutu 2018.

Muri iyi minsi, heze kuri za mbuga ngurukanabumenyi imvugo z’ amacakubiri,  zihimiriza urwanko no gukorera ikibi zina mututsi. Ibitutsi n’ amatazirano abatesha agaciro nko kubita Mujeri, imbwa itagirira Shebuja birengana  mu gacerere k’ ubutegetsi, atacamira. Muti iryo sekeza rija mu bindi vyaha vyinshi  twese twarengeje k’ uruho rw’ amazi. Twamenyereye  akabi, urupfu rwigenza mu mabarabara,  kwamburwa agateka, akarenganyo katagira izina, ubukene bushira ubworo none dusa n’ abamenyereye ibitamenyerwa, ibitemerwa. !

Kurya ineza yituzwa iyindi, n’ ikibi gihamagara ikindi. N’ ivyo tubona muri ibi vyaha bikorwa uko bukeye uko bwije, Mbega ni bande boba bari inyuma kandi  bakamisha uko guhimiriza urwanko n’ amacakubiri y’ ubwoko ko kuva 2015, ingorane z’ Uburundi zari iza politike ?   

Barundi ,Barundikazi, ntitwemere gusamazwa n’ abo bashaka kuducamwo imirwi, Ntidutwarwe n’ibishobisho, turonderere hamwe  ufise inyungu mu kuturyanisha. Kuducamwo imice ni rwo rugoto  Ubutegetsi bwaronse rwo kutwibagiza ayo tugowe  kubera intwaro mbi :Uruhagarara rwa minsi yose ruterwa n’ inzego z’ ubutegetsi, itunga rya Leta rinyuruzwa, indero mu mashule yatitutse, eka inzego zose z’ igihugu zahengamiye kugwa….Ntitwemere rero kuba ibikoresho vy’ abashaka kuduhuma amaso ngo ntitubone aho ingorane nyakuri ziri. Abo nabo bihisha inyuma y’ ubuhinga mu gukwiragiza ubumara bw’ amacakubiri, ejo aho bukera bazomenyekana kandi bazishura akabi bazoba bakoze. 

 Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi  urateye ivyatsi abo bose bimika urwanko. Muri iki gihe ibice vyose vy’ ubuzima bigeze ahatemba,aho Leta  yatanze imihoho mu biraje ishinga igihugu, dutegerejwe  kwiyunga,  dusanasane imibano , dusubire kuri za nkingi zubatse Uburundi kuva kera na rindi aribwo bwa bumwe, kwa gufashanya no kubabarana kugira twese hamwe  dushayura igihugu.

Ako kari  Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 29 octobre 2018.

Ces derniers jours, on remarque sur les réseaux sociaux une recrudescence de messages qui regorgent d’insultes à caractère ethnique; des messages d’incitation à la haine des Tutsis et à la violence. Des noms dégradants, des noms déshumanisants sont utilisés pour identifier le groupe d’individus d’ethnie Tutsi en les appelants de chiens errants, Mujeri. Tout cela se passe dans la complicité et le silence des autorités du pays. Cette croisade verbale tombe dans l’anonymat des centaines de crimes ignorés et banalisés par nous autres Burundais. On s’est tellement habitué à l’inacceptable; aux scènes de mort violente dans les rues, à l’humiliation, à une injustice éhontée, à une misère sans nom qui accable le peuple qu’il ne nous reste plus aucun sursis de dignité.

La violence engendre la violence. Les effets de cette violence se reflétant à travers les crimes ignobles qui marquent le quotidien du Burundais. Mais à qui donc profite le crime? Qui est-ce qui manipule ces incitations à la haine d’une ethnie et au profit de qui? En 2015, on aurait tous juré que la source des problèmes de la crise Burundaise est politique, pourtant on voit de plus en plus de ces messages qui sont tolérés et même encouragés par le pouvoir qui incitent à la haine et à la division.

Barundi, Barundikazi, ne nous laissons pas distraire par ceux qui veulent nous diviser et semer la zizanie. Pensons  plus loin que le bout de nos émotions, et demandons-nous à qui profite la division des Burundais? La carte de la division ethnique est un outil de diversion destiné à nous distraire des problèmes réel qui nous affectent tous: l’insécurité permanente créée par le pouvoir, les malversations économiques, la destruction du système éducatif, des institutions de l’État et la liste n’en finit pas. Ne vous laissez pas manipuler aveuglément par ceux qui veulent vous distraire et vous empêcher de voir la source réelle des maux qui nous affectent en tant que peuple. A ceux qui se cachent derrière l’anonymat des réseaux sociaux pour déverser leur venin, sachez qu’un jour la justice régnera et que vos actions seront jugées à juste titre.

Le MFFPS condamne fermement cette apologie de la haine. En ces moments de désintégration sociale où le gouvernement qui devait remplir le rôle de rassembleur autour de valeurs nationales a démissionné de ses fonctions constitutionnelles, nous devons donc  nous unir, reconstruire la cohésion sociale et renouer avec nos valeurs traditionnelles d’entraide, de solidarité et de compassion pour faire face ensemble et vaincre la crise qui affecte notre pays.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.