Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uw’uwa 30 Ndamukiza 2018.

Amatora y’ ibwirizwa nshingiro risambura inkingi uburundi bwubakiyeko amahoro n’intwaro rusangi aregereje. Agashitsi n’inyonko yo gutinya abokwiyamiriza ayo matora y’inkorabara, vyavuye kw’isonga ry’umugambwe CNND-FDD n’imboneza yawo Petero Nkurunziza, none ryandukiye abarundi bose biciye ku mbonerakure birereyeko, n’inzego z’intwaro kugira ntihagire umurundi numwe akoma akatsi.
Gusaka mu mazu, kugomorera abicanyi kubatavugarumwe na Petero Nkurunziza, kugabisha umwansi atadomweko urutoke, kwica urwagashinyaguro, gufata abakenyezi ku nguvu, kunyuruza abantu vyasubiye kuba ndanse, sikimenyetso c’agahinda k’intwaro yihebuye?
Barundi bene wacu, imigwi itemerwa n’amategeko nk’imbonerakure imaze gucungera umutekano ijoro umurango eka n’amakambi canke ibirindiro vy’igisoda bigacungwa, iterabwoba ribaryatse indaro gihugu citeguriye amatora.

Mwabonye noneho ko mu kanya isase, Leta y’uburundi ibifashijwe n’ inama nshingamateka na nkenguzamateka, bariko baremeza ingingo zicinyiza abanyagihugu, maze imigenzo yahora yitwa icaha c’inzego za Leta, ishigikirwe n’amategeko mashasha, kugira umunyagihugu ntaronke nico yireguza mu gihe arenganijwe , agume mu gipfunsi ca Leta nk’imeya, nayo atakamaro ikimufitiye. Akarorero n’amategeko arekura gusaka mu mazu n’igihe c’ijoro ata ruhusha, akinjira mu matelefone y’umuntu ngo bari mu vyogutohoza no gukurikirana ivyaha, hari muvyokumenyesha amakuru biciye mu runani rw’ibamenyeshamakuru vyigenga, tuti bagiye itegeko ryemeza imigwi y’ababistwe Leta ishobora kwikora ko igihe bikenewe ryoryo risasira indava imbonerakure .
Barundi, Rwaruka mukoreshwa muri ayo mabi, Muragabe, ejo uruhigi ruzohinduka nimba rutatanguye, nkawa mugani wa Satuntutwanje mu gifaransa bita Harpagon, yikeka umusuma atabaho, acakira ukuboko kwiwe ngo ndafashe igisuma, namwe ntimutangare hasohotse itangazo ngo barivunye umwansi kandi ari wewe gikoresho cabo bikuye. Murabaza iy’abantu nka Jean petit, maregos, Adolphe Nshimirimana bari? Melchiade Nzopfabarushe yoba ari he ubu? Ayo mabanga mubitse niyo bazobaziza. Murazi ko atakinya bagira mu kugandagura abo bita abansi, muragabe rero, ejo azoba ari mwebwe
Sezera ubwicanyi, mufate mpiri uwuriko arabaroha, mwegeranya ivyemezo vy’amabi akorwa ejo azoshengezwe nkuwataye igihugu mu kaga.

Ako ni akamo k’umuhariw’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 30 avril 2018.

Le référendum constitutionnel visant à détruire les piliers de la paix et de la démocratie, fondements d’un Etat de droits est proche. L’angoisse face à la résistance qui envahit les autorités du parti CNDD-FDD et leur guide suprême s’abat sur le peuple burundais : mot d’ordre donné aux imbonerakure et agents de l’administration dressés pour les besoins de la cause : personne ne doit lever le petit doigt.
Le pouvoir perd ses repères et amplifient ces jours-ci les fouilles perquisitions, appels au massacre des opposants, arrestations, enlèvements, assassinats atroces, viols.
Tout est à craindre, quand, en période électorale, le pouvoir de veiller sur la sécurité de la nation, les camps de réfugiés internes et les positions militaire s’est confié à une milice créée en violation de la loi.
Déjà, le Gouvernement accélère des mesures pour légitimer l’illégalité de certains actes commis par des agents de l’Etat comme l’usurpation de la synergie des média, le projet de loi autorisant une fouille perquisition sans mandat et même la nuit, y compris la fouille des appareils électroniques sans oublier la loi sur les réservistes civils qui légitime les actions des imbonerakure. Le comble : le parlement et le Sénat soutiennent cette sale besogne et votent les projets de loi sans amender les dispositions oppressives.
A vous tous qui acceptez de participer aux crimes du Pouvoir de Pierre Nkurunziza, le MFFPS vous met engarde. Tel dans la Farce de Molière, l’Avare Harpagon, qui, au sommet de son soupçon contre un voleur hypothétique surprend sa propre main en criant au voleur, tout indique que tout régime en perdition

Termine sa course en éliminant ses hommes de mains.
Posez-vous la question: où sont Jean Petit, Maregos, Adolphe Nshimirimana et tous les autres? Vous détenez de lourds secrets. Où se trouve en ce moment Melchiade Nzopfabarushe? Une chose est certaine, le pouvoir criminel de Bujumbura est aux abois, il n’hésitera pas à vous éliminer.
Alors posez les armes, brisez le silence et dénoncez ceux qui vous dressent contre vos frères et sœurs!

Ceci est un message du mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.