Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira amahoro ,n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 5 Munyonyo 2018.

Ibiganiro vyo gutorera umuti amatati hagati y’abarundi vyitiriwe ivya nyuma vyari bimaze iminsi bibera i ARUSHA, bitumweko n’umuhuza Benjamin Mkapa ,vyaraye birangiye intambwe abarundi bari bahanze amaso itabonetse. Ariko nta n’uwo vyotangaza kuko ababikurikiraniye hafi bari babonye ko hariho agahaze mu gihe Leta y’Uburundi , umugambwe uri ku butegetsi n’abari mu kwaha kwawo bari bavuze ko batazitaba kandi bakabishira mu ngiro . Aho kuba ibiganiro nyezina ,habaye imibonano hagati y’abashoboye kwitaba, bagizwe ahanini n’abatavugarumwe na Leta , abava hagati no hanze y’igihugu . Ntakindi rero abarundi bari kwitega atari urundi rupapuro rw’inzira rwashimikiye ahanini kunzira abarundi bocamwo kugira bakure igihugu mu kaga .Umuhuza nawe , asa n’uwiburanije akitsinda . Yarerekanye umubabaro afise kubona Leta yaragagaje ntiyitabe ivyo biganiro mu gihe abantu babandanya bapfa, bahohoterwa eka ivyo kubahiriza agateka ka muntu biguma biba nk’umugani , batagira gitabara kuko abobakingiye aribo babahohotera . Umuhuza yavuze ko agiye gushikiriza raporo abakuru b’ibihugu bo mu karere ka Afrika y’Ubuseruko ,aribo bamutumye hanyuma bakamutana ikivi mu kiringo c’imyaka itatu yose. Iyo abo bakuru b’ibihugu bashiramwo umwete n’ishaka bikwiye , ni bo bonyene bari kugondoza mugenzi wabo Petero NKURUNZIZA kugira icicaro afise agiheshe icubahiro , ntababere gitukisha mu karere. 

Mu muhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi, twamye dushira ahabona ingene Uburundi butwawe n’abantu bitayeho buke inyungu z’abanyagihugu , ingene Uburongozi buhari bugoyagoya. N’uno munsi basubiye kwerekana ico bari . Kandi biteye umutima uhagaze abarundi bose, baba abari hagati canke hanze y’igihugu . Ikindi giteye impungenge abarundi, n’ukubona, nimba akarere ka Africa y’Ubuseruko ata kinini kafashije ,Ubumwe bw’ibihugu vya Afrika n’ishirahamwe mpuzamakungu nabo baciye barera amaboko kandi bafise uburenganzira bwo kugira ico bakoze mu gihe ibintu biguma biyangara.

Muti  none ko biri uko , inyifato y’abarundi yoba iyihe ? Uko twamye tuvuga n’ubu ni ko tuvuga, ako i muhana kaza invura ihise. Abarundi turakwiye kwirimbura. Tukugurura amaso tukabona ko iyo turiko turaja atari heza. Tukabona  ko mu gihe inzego n’indongozi zijejwe kudukingira zadohotse , tuva mu bwoba tukazikebura .

Barundibarundikazi, ngo ukuri guca mu ziko ntigusha. Duhagurukiye rimwe twese, tukagira urunani rw’amahoro, tugakebura abo bose bajejwe gutunganiriza abarundi nta nkeka impinduka yoboneka . Ni muze rero dukore uko dushoboye kwose kugira turonke indongozi nyazo zitaho ineza y’abanyagihugu bose kandi babahumuriza . Dukore uko dushoboye kwose kugira urwanko ntirube ari rwo rwiganza mu Burundi , haracariho icizere kuko hirya no hino turabona intwari zibushitse, ntitubatane urugamba, umwe wese aho ari abe intwari yo kutaniganwa ijambo, yo kudahishirira ikibi, yo guharanira ineza y’abana b’Uburundi bose .

Ako kari  Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 5 Novembre 2018. 

La cinquième session du Dialogue inter-burundais, annoncée comme la dernière, sous la facilitation de S.E. W. B. Mkapa, vient de se clôturer en queue de poisson. Aucune surprise, ceux qui ont suivi de près ce processus pilote par la Communauté est-africaine entrevoyaient cet échec. Marquée par l’absence, du reste prévisible, du gouvernement burundais, du parti au pouvoir  et de tous leurs allies, cette dernière session du Dialogue entre les protagonistes s’est très vite transformée en consultations entre acteurs de l’opposition politique interne et externe, dont la seule conclusion ne pouvait être qu’une énième Feuille de route exprimant leur consensus sur les conditions requises pour une sortie de crise. Le Facilitateur a déclaré forfait.

Il n’a pas cache sa frustration et son désarroi face au blocage cause par le gouvernement du Burundi, pendant que la crise s’enlise, que les crimes, violences et violations de la loi et des droits de l’homme vont bon train, sous la couverture et la bénédiction de ceux qui ont a leur charge la protection de la population.     M. Mkapa fera rapport au Sommet des Chefs d’Etat de l’EAC qui l’ont mandate et qui par la suite l’ont abandonne a lui-même pendant 3 ans.   Les Chefs d’Etat de la région ont failli à leur mission, en ne donnant pas au Facilitateur l’appui moral et politique dont il avait besoin pour imposer à Pierre Nkurunziza un comportement digne de sa position.

A maintes reprises le Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi   a fustigé l’irresponsabilité, la mauvaise gouvernance et le déficit de leadership du pouvoir de Bujumbura. Aujourd’hui encore, nous décrions l’absence manifeste de toute volonté du même gouvernement à participer à un dialogue franc et inclusif. Nous regrettons également le manque d’actions conséquentes de la région qui a failli à son devoir de protéger les burundais. Cela fait longtemps que l’Union africaine et l’ONU auraient du constater cette défaillance et prendre ses responsabilités. 

Face à cette impasse, le peuple burundais doit sortir de sa torpeur pour s’assumer. Il est temps de se remettre en cause, en tant que fils et filles de notre pays. Barundi, Barundikazi, que faisons-nous puisque les institutions légalement charges de défendre la vie, la sécurité et le bien-être du peuple ne sont plus en mesure de le faire?  Face a la violence de nos dirigeants et l’indifférence de la région, de l’Afrique et du monde, il ne nous reste plus qu’a nous ressaisir et lancer un vaste mouvement de résistance citoyenne non-violent, afin de  tirer notre nation des abysses. Nous devrons nous assurer que la direction de notre pays est désormais entre les mains de véritables leaders intègres et capables de porter son avenir. Levons-nous tous et continuons de lutter avec ferveur pour une éthique politique et un leadership au service de l’intérêt général.

Battons-nous pour que la haine ne prenne plus le dessus, semons la vie, envers et contre tout. La flamme de l’espoir luit encore. Que le souffle de notre foi et de notre détermination l’élève encore plus haut, à la hauteur de nos rêves et nos espoirs pour le pays. 

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.