Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 6 Myandagaro 2018.

Urukurukuru rumaze iminsi ruvuga ko ibiganiro bihuza Abarundi bigiye gusubira gutangura rwabaye inkuru.Mbere n’ abanyepolitike begereye Ubutegetsi baramaze kuronka uutumire. Muri ico gihe, Intwaro ya Bujumbura ntiyicaye, yasimbije, iteye urundi rwego, igeze mu nteguro y’iringanizwa y’amatora yo muri 2020! Abanyepolitike na bo aho bari bikazanuye, bariko baripanga,bagera bageranura umwe wese ikimubereye mu gihe Abarundi bo , abari mu gihugu n’abari mu buhungiro basugerejwe impande zose, babuze gitabara!

Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi uratewe impungenge n’amakenga menshi n’uko kwihutisha integuro y’amatora mu gihe ata mutekano n’umwumvikano wotuma yitabwa na bose. Nkako, Bujumbura ishishikara ihakana ko ata gateka ka zina muntu gahonyangwa, igwiza inzitizi mu kwanka ibiganiro bihuza bose no mu kuja mu gutwi imirwi imwe imwe yovyitavye. Gutegura amatora yisunze inzandiko zitahurijweko n’abanyepolitike bose nka ca cegeranyo co mu Kayanza co muri 2015,raporo y’umufasha w’Umuhuza benshi tutagihurijeko Nyakubahwa Benjamin Mkapa, n’ivyavuye muri wa mubonano wahuza Abarundi ugira kane ni ikindi cemezo cerekana ko Leta idakeneye ibiganiro n’ umwumvikano wa bose vyogarukana amahoro mu gihugu.

Umuhari w’Abakenyezi n’Abigeme baharanira Amahoro n’Umutekano mu Burundi uboneye ho kwibutsa ko Amasezerano y’Amahoro ya Arusha, ikibanza c’ iri Bwirizwa Nshingiro rishasha, intwaro ishingiye ku kwubahiriza amategeko, gukingira umunyagihugu n’ ubutungane ari bimwe mu bibazo nkoramutima vyo kuganira no kwumvikanako kugira igihugu cogorore.
Uburundi ntibuberewe, ntibukeneye kandi ntibuzoshayurwa n’ abanyepolitike babupfindanirako mu biganiro vy’amagaburandya!

Abarundi tuzoshishikara tuvyiyamiriza dusaba ibiganiro vy’ukuri, bihurikiyemwo bose , aho ingorane zazingamitse zikagira imbohe igihugu zizosesangurwa no mu mizi.Twipfuza Uburundi buhire, bw’ijunja n’ijambo! Dusunitswe na bwa buntu , rwa rukundo na kwa kudahemukira Ubwatuvyaye, ingo tumere magabo, tuburamire amazi atararenga inkombe.

Ako kari Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi de ce Lundi Noir 6 Août 2018.

Depuis plus de deux semaines, des informations faisant état d’une reprise imminente du dialogue inter-burundais, sont relayées à travers différents réseaux sociaux. Dans la même foulée, Bujumbura, par le biais de son ministère de l’intérieur, passe à la vitesse supérieure, avec la mise en place d’une feuille de route pour les élections de 2020. Les spéculations et le positionnement des politiques vont bon train, pendant que le désespoir du peuple burundais accablé de toute part, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, va grandissant.

Le MFFPS tient à exprimer son inquiétude face à cet empressement politique et son scepticisme vis-à-vis d’une feuille de route pour des élections qui ne sauraient, en aucun cas, etre de mise, étant donné l’absence de préalables politico-sécuritaires. En effet, Bujumbura demeure dans le déni malgré la persistance de violations graves des droits de l’homme. De plus, les différentes tentatives de sortie de crise ont été et demeurent marquées par une forte léthargie, une réticence à l’inclusion et une manipulation des groupes supposés y participer. L’élaboration de ladite feuille de route sur base de documents ne faisant pas l’unanimité des différents acteurs politiques tel que la feuille de route de Kayanza de 2015, le rapport du facilitateur contesté Benjamin Mkapa ainsi que les observations issues du 4e round du dialogue interburundais, sont une preuve additionnelle du manque de volonté politique pour un processus de résolution de crise inclusif.

Le MFFPS tient à rappeler aux différentes parties prenantes que les Accords d’Arusha, la question de la légitimité de la nouvelle constitution, la restauration d’un Etat de droit, la protection des citoyens ainsi que l’impérieuse nécessité de rendre justice, doivent demeurer au cœur de toute réflexion sur les solutions potentielles pour une sortie de crise. Le peuple burundais mérite mieux que des négociations d’élites politiques de façades et des accords de partage du pouvoir, et nous continuerons à réclamer un cadre de dialogue inclusif qui puisse permettre de débattre de fond en comble, des causes profondes de la spirale de violence qui le détient captif. Un Burundi libre, fier et insoumis, voilà ce à quoi nous aspirons, poussés par notre dignité et notre loyauté envers nous-memes, et envers notre patrie. Pour un tel Burundi, nul ne doit craindre de résister.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.