Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’Abigeme baharanira amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uw’uwa 7 Rusama 2018.

Ubutegetsi bw’i Bujumbura buracadutangaza . Nk’uko babigize ingendo , n’ubu ururirimbo ni amahoro yariraye . Ariko kiretse ku wutunva canke ntabone , twese turabona ko ari uruhendo. Mbega aho amahoro yiraye , igihugu cotinya kuyaratira amakungu biciye mu bimenyashamakuru bitandukanye vy’aba ivy’iwacu canke ivy’abanyamahanga . Vyongeye mu gihe c’amahoro, iyo hari urubanza rwose ruhambaye rw’igihugu , abamenyeshamakuru baracanacanako . Karaye kabaye akamaramaza aho twunva ko amaradiyo ya BBC na voix d’Amerique abujijwe gusamirana mu Burundi kuva kuri uyu wa mbere. Radion RFI, Isanganiro na CCIB nazo zaraye zigabishijwe ko nabo nyene badahinduye ingendo bazoja mu murwi w’intunva. Ivyo bibaye mu gihe hasigaye iminsi mike cane ngo abarundi bitabe gutora ego canke oya ihindurwa ry’ibwirizwa nshingiro.

None Leta y’Uburundi yoba itinya iki ? Itinya ko amakungu amenya ingene bariko baratoteza , bica rubozo abo batavuga rumwe kuri ayo amatora mu gihe bavuga invugo y’igihushane ngo bariyamirije ababiba urwanko mu gihugu kandi aribo bafata iyambere mu kubiba amacakubiri , urwanko n’umwikeko mu banyagihugu.

Itariki 3 Rusama n’umunsi mpuzamakungu wahariwe ubwigenge bw’abamenyeshamakuru . Uko ni ko umugwi w’igihugu ushinzwe gucungera umwuga wo kumenyesha amakuru wahisemwo kuwuhimbaza , aho gukingira uwo mwuga bariko bawunigira mu menshi . Ariko lero twagira tumenyeshe urwo rwego ko uwuvunitse yiga gucumbagira , abifuza kumenyesha amakuru ku Burundi ntibazbura inzira babicishamwo .

Barundi , barundikazi . Twame tugavye kuko amajambo y’urwanko amaze iminsi akwiragizwa n’abari ku butegetsi canke ababashigikiye nta ciza azozanira abarundi . Igihugu cacu gishobora kugwa mu manga atan’uwugishobora kudutabariza kubera iyugagwa ry’imihora yo kumenyesha amakuru.

Ni co gituma mu muhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi dusaba umurundi wese aho ari, cane cane abari hagati mu gihugu gushira ubwenge ku gihe, mu kwanka no kwankiriza imigambi ibajana mu manga , mu kwanka kwisamburirako nk’impene kuko amasezerano ya Arusha agira afutwe abakingira mwese. Ngako akaryo ka mbere kagira kaboneke ko kuvuga OYA kuri iryo bwirizwa nshingiro risubiza abarundi mw’ihumbi . Bitabaye uko , muzoba musasiye indava abazobandanya kubacinyiza , kubica no kubatoteza .

Ako ni akamo k’umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 7 mai 2018.

Nous sommes encore une fois surpris par le pouvoir de Bujumbura. La phrase choc utilisée est que la Paix est totale au Burundi, mais ce n’est qu’un leurre. S’il y avait vraiment la paix, les médias nationaux et étrangers devraient pouvoir diffuser leurs émissions librement. En temps normal, tout évènement de grande envergure devrait être couvert par un maximum de canaux de communication, nationaux et internationaux.

Mais 13 jours avant le fameux référendum, alors que le seul parti au pouvoir CNDD-FDD, qui musèle dans le sang les membres de l’opposition et qui prétend haut et fort qu’il se désolidarise de tout discours de haine diffusé pourtant dans tout le pays, voilà que les radios BBC, VOA, et le journal Renouveau sont suspendues et rejoignent le groupe des médias qui se sont égarés. D’autres Isanganiro,CCIB et RFI ont été mis en garde.
La Journée internationale de la liberté de la presse le 03 mai, est avec ces sanctions encore une fois bafouée, et le gouvernement du Burundi via son conseil national de la communication ‘CNC’ semble se plaire sur le banc des mauvais élèves.

Nous ne le répèterons jamais assez : la rhétorique de haine cautionnée par le régime de Bujumbura ne présage rien de bon. Le Burundi à cause du démantèlement complet des accords d’Arusha, en une fraction de seconde pourrait basculer dans le chaos total, à huit clos.

C’est pourquoi, le MFFPS en appelle à la conscience patriotique de chaque burundaise et burundais, reprenez le destin de votre pays en main, en résistant, en dénonçant toute exaction, en boycottant ou en votant Non, en vous unissant contre ceux qui veulent détruire notre cohésion sociale. Sachez-le encore, un président ne peut prétendre être le père de la nation lorsqu’il tue son peuple. Tant que vous accepterez de vous taire, de faire allégeance à ce pouvoir, il continuera à vous tuer.

Alors résistons pour sauver notre nation du chaos prédit par Nkurunziza et ses acolytes.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.