Akamo k’ Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi ko kuri uwu wa mbere w’ umubabaro wa 9 Mukakaro 2018.

Mu gihe buca duhimbaza umunsi mpuzamakungu wahariwe igwiririana ry ‘abantu kw’isi ,italiki 11 z’ukwezi kw’indwi umuhari w’abakenyezi n’abigeme baharanira amahoro n’umutekano mu Burundi , wifuje kwerekana umwitwarariko ufise kukugene UBURUNDI BUDAFISE IMIGAMBI ITOMOYE yo gucungera igwirirana ry’abantu no gutunganya imibereho yabo cane cane mu bijanye n’akazi . Aho ni mugihe UBURUNDI buri mu bihugu vya mbere muri Afrika bifise umurindi uri hejuru w’igwirirana ry’abantu . Muri raporo ,Abahingabo mu kigo kijejwe gukurikirana uko ibitigiri vy ‘abantu vyiyongera bashize ahabona mu mwaka wa 2013 , berekana ko abarundi biyongereye incuro zibiri mu myaka 29 bakanamenyesha y’uko abarundi bashobora kurenga imiliyoni 13 mu mwaka wa 2030. Ivyo bitigiri birateye ubwoba turavye ingene ubutunzi bw’igihugu buguma busubira inyuma nk’ikirenge ,ubushomeri bukaba ndanse , imigambi yo gushigikira abanyagihugu ngo baronke vyankenerwa nkokwivuza , kwambara ,kuba heza  no kwigisha abana ikaba igoyagoya .

Nta n’umwe atazi ko mu gihe hari umurindi munini w’igwirirana ry’abantu ,urwaruka ruba arirwo rwinshi mu gihugu . Hano i Burundi abantu 2 /3 ntibashikana imyaka 25 .Izo n’ingorane zihambaye ku gihugu mu gihe ata migambi itomoye itunganirijwe urwo rwaruka , mu gihe hama uruhagarara mu gihugu , rwa rwaruka n’abarundi bose muri rusangi ntibaronke akaryo n’inyigisho zikwiye zo kwitaho no gutegura kazoza  kabo n’ako abo bibarutse. Ico tutokwibagira n’uko igwirirana ry’abantu ari ryo nkomoko nyamukuru y’amatati y’amatongo ateye ,asigaye ari mu vyitwazo vyo kwambura ubuzima abantu . Uwogira amakenga yobaza wa mugwi CNTB ,ujejwe gutunganya amatati y’amatongo aho umenyesha ko ubu ufise imanza zirenga ibihumbi 20000 mu gihugu cose . Gukena kw’amatongo kandi tuzi neza ko atayandi mikoro abarundi benshi bafise , n’ikibazo nyamukuru Leta n’abo bose bafise ico baterera bari bakwiye kwicarira mu magurumasha , nayo ahandi ho tuzohava twibuka kubogora twasheshe.

Turateye akamo rero abo bose bunvise ko aka kamo ari akabo ,ngo bashire inguvu hamwe , batunganye imigambi irashe yotuma ubwinshi bw’abantu bucika inguvu igihugu cokoresha kugira iterambere ryiyongere mu gihugu . Ariko ivyo bisaba ko haba indongozi nziza ziyunvira kazoza ka bose kuneza y’igihugu n’abakibamwo bose

Ako kari Akamo k’Umuhari w’ Abakenyezi n’ Abigeme baharanira Amahoro n’ Umutekano mu Burundi.

 

Message du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité au Burundi  de ce Lundi Noir 9 Juillet 2018.

A l’occasion de la Journée Internationale de la Population célébrée le 11 juillet de chaque année, le MFFPS souhaite exprimer ses inquiétudes à l’égard d’une politique inexistante de régulation  des naissances et de création d’emplois décents au moment où la population du Burundi affiche l’un des taux de croissance démographique les  plus élevés en Afrique. D’après le rapport de l’ISTEEBU publié en 2013, la population burundaise a doublé en l’espace de 29 ans et les projections de la croissance démographique démontrent un nombre effarant de plus de 13 millions d’habitants en l’année 2030. Ces statistiques sont extrêmement alarmantes en considération de la précarité socio-économique qui prévaut dans notre pays suite au sous emploi endémique et au faible accès aux services sociaux de base de qualité.  

Un taux de fécondité élevé est lié à plusieurs problèmes d’ordre social, économique et environnemental dont l’oisiveté des jeunes et adultes en l’âge de procréation. Nul n’est sans ignorer que la population burundaise est très jeune, 2/3 de la population ayant moins de 25 ans. Le problème de surpopulation relève de la plus haute importance d’autant plus que le gouvernement ne dispose pas d’objectifs de développement économique et social adéquats qui assurent des conditions de sécurité qui permettent aux jeunes et à la population en général d’assumer pleinement leur responsabilités et de jouir de leur droits fondamentaux. Une forte densité de la population est aussi l’une des causes des litiges fonciers qui s’avèrent être l’une des sources de conflits meurtriers dans notre pays.

A ce jour, le CNTB vient d’enregistrer plus de 20.000 litiges fonciers à travers les différentes provinces du pays. La  mauvaise gestion des ressources naturelles et l’exigüité des terres arables seront l’un des plus pressant défis auxquels a le gouvernement devra apporter une réponse durable  tout en adoptant un véritable plan Marschall pour transformer la densité de la population burundaise en  une opportunité de croissance économiques. 

Le MFFPS presse le gouvernement à mettre en place un programme vigoureux de planification familiale et de croissance économique inspiré des meilleures pratiques que l’ouverture au monde a pu lui offrir afin de faire face au  taux de fécondité et à la précarité de la vie au Burundi. Il relève de la responsabilité du gouvernement d’organiser l’éducation de sa population  et la création d’emplois porteurs de croissance économique en connaissance de cause afin de réduire la pauvreté qui sévit dans le pays.

Mais tout cela exige un leadership à la hauteur de l’enjeu engagé à instaurer une bonne gouvernance  au service du bien être de tous.

Ceci est un message du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi.